Nazis, ninjas et années 80 : le génial Kung Fury est enfin disponible

Trois ans après l'annonce de son financement, Kung Fury est enfin disponible sur Internet. Un projet pop culture déjà culte qui mélange années 80, dinosaures, nazis et série Z. 

Enfin. Après des mois d'attente, un projet de crowdfunding, une bande-annonce qui donnait envie et même un clip musical avec David Hasselhoff à la baguette, Kung Fury a été diffusé ce jeudi 28 mai, comme promis, en streaming sur Internet.

Ce court métrage, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs la semaine dernière à Cannes, est un projet réalisé par David Sandberg qui comporte une bonne dose de références cultes aux années 80 avec un amour pour les mashup délirants entre jeux vidéo, scénario qui tient sur un feuille de PQ, des clins d'oeil aux films de Stallone ou Jean-Claude Van Damme, quelques dinosaures et Hitler.

L'action se déroule dans le Miami des années 80 mais aussi à Asgard, le royaume de Thor, ou à l'époque de l'Allemagne nazie. Tout à fait normal.

De quoi faire de Kung Fury un court métrage culte avant même qu'il ne sorte. À ce propos, dans les lignes du Monde, le réalisateur essayait d'expliquer le succès de ce projet :

 Je pense que c’est une combinaison d’humour et de nostalgie. Si on regarde les statistiques, les gens qui nous soutiennent ont majoritairement entre 25 et 40 ans, ils sont nés ou ont grandi dans les années 1980. Je pense qu’ils se sentent proches du film.

Un projet qui suscite l'engouement sur Kickstarter

Kung Fury avait été initialement lancé sur le site de financement participatif Kickstarter. C'est grâce à cette levée de fonds réussie (630 000 dollars récoltés) que le film a pu être diffusé sur YouTube. Le projet est présenté comme une "comédie d’action visuellement spectaculaire qui tire son fondement dans les films de flics des années 80".

À l'époque de la sortie du clip, David Hasselhoff résumait plutôt bien l'engouement autour de Kung Fury :

Les années 80 c'étaient du fun, de l'action et des héros, Kung Fury a tout ça ! Je suis honoré de travailler avec [le réalisateur] David Sandberg, une force de la nature dans le monde du divertissement numérique d’animation. La chanson est parfaite pour moi puisque je suis vraiment, dans la vraie vie, un Vrai Survivant.

Journaliste culture depuis 1956. Musique, cinéma et un peu de photographie.