En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Au musée, au restaurant ou en politique : comment sortir triomphant de n'importe quelle situation

La vie et les gens attendent souvent de vous que vous déjouiez leurs pièges en toutes circonstances. Et c’est justement parce que vous n’êtes ni un·e je-sais-tout, ni un·e Castor Junior, que nous allons vous donner les conseils de base pour vous démarquer dans tout type de situation.

Au quotidien, il y a toujours une occasion de saisir l'opportunité qui vous est offerte de briller plus fort que tous vos potes. Si vous êtes amateur de bonne chère, que vous possédez une voiture, ou que vous voulez simplement parier sur le bon cheval, voici comment vous dépatouiller avec brio de ces moments gênants où vous n'y connaissez rien.

Commenter une œuvre au musée

La folle journée de Ferris Bueller (© Paramount Picture)

C’est bien connu, tout le monde n’éprouve pas la même sensibilité artistique face à la multitude d’œuvres qui existent dans le monde. Certain·e·s seront ému·e·s en admirant La Naissance de Vénus de Botticelli, d’autres seront bien plus touché·e·s en assistant à une expo de Nikos Aliagas. L’important, dans les deux cas, c’est de savoir en parler.

Arrivez donc en connaissant le jargon des arts graphiques sur le bout des doigts : "point de fuite", "clair-obscur", "ronde-bosse", "chromatique"… L’astuce, c’est de parler beaucoup et à un volume élevé pour faire sensation : "Ah, OUI, OUI, OUI, le point de fuite est trèèèèès intéressaaaaant sur ce tableau, clairement on a affaire à quelqu’un qui sait ce qu’il a voulu dire." Voyez ça comme un feu de Bengale –il faut vous embraser très fort puis vous éteindre doucement.

À éviter : s’emballer et commencer à toucher les œuvres sans s’en rendre compte, sous peine de se faire virer manu militari du musée. Quoique, si ça vous arrive, vous pourrez toujours prétexter : "Ah, mais tu vois l’art ça me met dans tous mes états, je suis tellement passionné que je me contrôle plus !"

Gérer son accord mets et vin au restaurant

Master of None. (© Netflix)

On a tous déjà connu ça. Vous êtes tranquillement attablé·e dans un restaurant, vous avez choisi votre plat (ce qui prend déjà dix bonnes minutes en moyenne), et là la personne avec qui vous êtes venu·e vous balance la sentence suivante : "Bon, par contre, tu choisis le vin, je te fais confiance."

Forcément, ça met la pression. Déjà parce que le mot "confiance" impose beaucoup trop de responsabilités sur nos épaules. On fait "confiance" à son médecin. On fait "confiance" à son banquier. On fait "confiance" à celui/celle qui partage notre vie. Mais faire "confiance" à la personne qui va choisir la bonne bouteille, c’est un concept un peu fort.

En vrai, la personne veut en avoir pour son argent, sachant qu’elle partagera le prix de la bouteille avec vous. Pas de panique : pour commencer, retenez que le vin rouge se marie bien avec la viande… rouge. Plus elle est saignante, plus corsé devra être le vin. Le vin blanc sera lui plutôt servi avec du poisson et, s’il est sucré, avec un dessert. Et les cacahuètes, ça va avec le pastis – mais ça vous n’aviez pas besoin de nous pour le savoir.

Ensuite, ne blâmez jamais le vin, mais le plat ("Ah oui, mais je t’avais bien dit de ne pas prendre de la sole, ça ne se marie pas du tout avec ce vin-là"). Pour conclure, attardez-vous sur la robe en faisant appel aux nuances de couleurs que vous avez apprises avant d’aller au musée (ouais, il faut suivre un peu) : "ocre", "ambre", "soufre", "pourpre impériale"…

À éviter : lâcher l’affaire et commander un soda.

Parier sur le bon cheval aux courses hippiques avec Hipigo

Parier sur les courses hippiques, c’est très tentant pour gagner gros. Et pour être sûr·e que votre poulain fétiche remporte la course, vous pourriez bien sûr vous pencher de près sur les pronostics disponibles (par contre, le temps requis est énorme) ou demander son opinion à une boule magique (ce jouet en forme de boule de billard censé prédire l’avenir)– mais lorsque celle-ci vous dira de "redemander plus tard " douze fois de suite, vous deviendrez un tantinet frustré.

L’autre solution, c’est Hipigo, un nouveau site de paris sur mobile qui rend l’embarras du choix plus facile à gérer. Il vous propose de parier sur le cheval gagnant d’une course ou sur une sélection de cinq chevaux pronostiquée par des experts. Il ne vous reste ensuite plus qu’à mater la course avec ferveur et enthousiasme en croisant les doigts pour que Shark Attack l’emporte. À vous les joies du turf, à moindre effort.

À éviter : suivre les conseils de votre pote qui joue chaque semaine et perd inévitablement, mais qui vous jure qu’il "le sent bien cette fois".

Maîtriser ce qui se dit dans un débat politique

Bon, on ne va pas se mentir : si vous n’avez vraiment aucune connaissance des enjeux ou tenants et aboutissants des affaires qui agitent la scène politique actuelle, c’est chaud. Mais au vu du contexte actuel, on ne vous en voudra pas de vous sentir largué·e. Sachez que la clef, c’est d’écouter. Prenez un air concerné, tenez votre menton entre votre index et votre pouce, plissez les sourcils et bougez lentement la tête de haut en bas, comme pour signifier à tout le monde que vous comprenez très bien ce qu’il se passe (alors qu’en vérité vous rêvez juste de partir loin, très loin).

Ponctuez le tout de "Hum…", "Ah, ça !" et "Aïe ! Sujet sensible !", pour encore plus de crédibilité. Si le flot d’informations qui circule devient trop compliqué à gérer, n’hésitez pas à faire appel au joker ultime : lâcher un "Une chose est sûre : on n’est pas au bout de nos surprises…" Cette phrase est l’équivalent de la carte "+ 4" au Uno. Avec elle, personne ne pourra vous contredire, et en plus vous pourrez choisir le prochain sujet de conversation.

À éviter : l’erreur du débutant, qui est celle de demander "Mais lui c’est un gentil ou un méchant ?"

Prédire l’avenir en tirant les cartes de la bonne aventure

Jane Seymour dans Vivre et laisser mourir. (© United Artists)

En général, tout ce qui tend vers le domaine du paranormal impressionne : la télépathie, la télékinésie, la téléportation… Mais si vous ne savez pas encore plier une cuillère à la force de votre pensée, apprenez à faire comme si vous saviez lire l’avenir, c’est nettement plus accessible. Ce qu’il vous faut retenir, c’est que le sens des cartes est souvent plus subtil que ne l’indiquent leurs images.

Prenez l’oracle de Belline. Ici, la carte de la Méchanceté, par exemple, ne signifie pas forcément qu’une personne cherche à vous nuire, mais plutôt qu’il vous faut faire preuve de plus de clairvoyance et faire appel à votre instinct pour éviter les pièges. Tirer celle de l’Héritage ne vous assurera pas de décrocher le pactole à tous les coups, mais peut symboliser de façon spirituelle une quelconque résurrection.

En réalité, il vous suffit de zapper sur IDF1 (une chaîne obscure de la TNT), tard dans la nuit, pour vous rendre compte qu’il ne faut pas être devin pour… justement être devin. Il est assez simple de deviner ce qui tracasse quelqu’un en demandant des renseignements de base : la date de naissance, le job ou la tête qu’il tire quand vous prononcez le mot "célibat".

À éviter : certains tirages de cartes étant particulièrement difficiles à interpréter, restez prudent·e. N’allez pas raconter à quelqu’un qu’elle va avoir deux enfants dans l’année, alors qu’en réalité, ce sont juste les deux pneus de son scooter qui vont lâcher.

Baratiner le temps que la dépanneuse arrive, lorsque votre voiture est en rade

Girls. (© HBO)

Avant toute chose, vérifiez que vous n’avez pas tout simplement laissé le frein à main. Ensuite, accusez la batterie, les plaquettes de frein ou le radiateur de refroidissement – les principales sources de pannes en voiture, selon un sondage de l’Institut national de la consommation.

Il vous suffit enfin d’improviser quelques évidences autour de l’un de ces objets, comme "Mmmh, si c’est le refroidisseur qui a lâché, le moteur doit être en surchauffe", ou encore "Ah ouais, si on a un problème de frein… ça va être compliqué pour s’arrêter". Si vous pensez avoir fait le tour de la question mais que vous souhaitez continuer à impressionner votre entourage, allumez la radio : avec un peu de chance, vous tomberez sur la déclaration d’un responsable politique et pourrez appliquer les conseils appris précédemment.

À éviter : trop prendre la confiance et essayer de réparer vous-même votre bagnole. Nous sommes ici dans le bluff, pas question de jouer au mécano et d’aggraver la situation.