En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

The Weeknd, Eminem, Kendrick Lamar : les meilleures performances du premier week-end de Coachella

Les premiers jours du festival ont été marqués par une performance légendaire de Beyoncé, mais aussi par d’autres belles surprises.

Beyoncé a illuminé le mythique festival californien Coachella, ce week-end. Bien entendu, Queen B était loin d’être la seule à faire le show. D’autres artistes de renom ont brillé et fait honneur au plus prestigieux rassemblement musical du monde. Eminem, Kendrick Lamar, SZA, The Weeknd, Brockhampton : les plus grands noms de la musique contemporaine étaient présents.

Les larmes de The Weeknd

Commençons par The Weeknd. Après la sortie remarquée de son dernier EP, My Dear Melancholy, inutile de préciser que le chanteur de Toronto était plus qu’attendu sur scène. Et quel meilleur moyen pour renouer avec son public que de débarquer à Coachella ? Abel a ainsi interprété sur scène quelques morceaux de son dernier projet.

Seulement voilà : l’appréhension du retour à la scène et ses pensées négatives du moment l’ont fait craquer. Au moment d’interpréter "Call Out My Name" – sa complainte amoureuse destinée à son ex Selena Gomez, qui l’a quitté en octobre dernier –, le chanteur a fondu en larmes. Le point d’orgue d’un concert riche en émotion.

the full performance, enjoy having a mental breakdown {I}

Une publication partagée par The Weeknd & Selena Gomez (@abelenaslove) le

Le show rétro d’Eminem

Eminem, qui a lancé une application de réalité augmentée pour la diffusion de ses prochains concerts, a refusé de diffuser son live sur les autres plateformes de streaming. Cela dit, sa performance à Coachella, la première depuis la sortie de l’album Revival, est arrivée avec son lot de surprises. En plus d’avoir enchaîné ses classiques et joué sur scène quelques-uns de ses derniers morceaux, le rappeur de Détroit a offert à son public des invités de luxe.

Pour l’accompagner sur scène, Slim Shady a pu compter sur son mentor Dr. Dre, qui a repris du service. Le légendaire producteur de Compton a ainsi interprété trois de ses plus grands classiques, "Still DRE", "Nuthin' But a G Thang", "California Love" et bien sûr "Forgot about Dre", sans doute la meilleure collaboration des deux artistes.

Autre invité de marque : 50 Cent, qui est venu épauler son "favorite white boy" sur le classique "Patiently Waiting" issu de Get Rich or Die Tryin'. En attendant son nouvel album, Fifty a également interprété ses titres phares, "In da Club" et "I Get Money"

Brockhampton s’inspire de Kanye West

Il y a quelques mois, nous vous présentions le boys band le plus hype des US à travers sa trilogie de mixtapes, Saturation. Après le succès éclair rencontré l’année dernière, le groupe mené par Kevin Abstract a trouvé la consécration à Coachella. La grande force de ce live est venue d’un splendide accompagnement orchestral. Le public n’en est clairement pas revenu.

#brockhampton #sweet #coachella @brckhmptn @atrak #ilovehuskysbutifeellikeawolf

Une publication partagée par Vicki Bosanko (@vckbee) le

Le leader de la formation a ensuite déclaré, dans une série de tweets, que ce live si particulier s’inspirait d’un grand nom de la musique : Kanye West. En effet, le rappeur de Chicago avait déjà recours à la pratique en 2005, lors de sa tournée pour promouvoir son album Late Registration. Force est alors de constater que pour Brockhampton, l’alchimie voix/orchestre fonctionne magnifiquement bien.

SZA en majesté

En juillet dernier, après le succès retentissant de son premier opus, CTRL, la diva du label TDE exprimait sa volonté de quitter l’industrie musicale. Elle est pourtant revenue magnifiquement quelques mois plus tard, en signant "All The Stars", le single phare de la bande originale du film Black Panther. C’est donc histoire de concrétiser son succès durement acquis que la chanteuse a enflammé à son tour Coachella, avec un show énergique et envoûtant. Seul hic dans l’histoire : son spectacle a été raccourci au dernier moment et la native de Saint-Louis a été contrainte de laisser ses fans sur leur faim.

Malgré cela, le public a eu droit à une surprise de taille. En plus des apparitions d’Isaiah Rashad et Trippie Redd, SZA a partagé la scène avec son boss Kendrick Lamar. Sorti de nulle part, le prodige de Compton est venu prêter main-forte à sa protégée en interprétant leurs collaborations "Doves in the Wind" et le controversé "All The Stars". En dépit de l’interruption, c’est ce qu’on appelle un final en bonne et due forme.

Kendrick Lamar, l’invité surprise

Au sommet du game du hip-hop, Kendrick Lamar n’était pourtant pas à l’affiche de cette édition 2018 de Coachella. Une raison insuffisante pour lui de rater l’occasion de briller. Avant son apparition surprise aux côtés de SZA, Kung-Fu Kenny, s’était immiscé sur une autre scène la veille, afin de rejoindre son homologue de Long Beach, Vince Staples.

Kendrick a rejoint l’auteur de Big Fish Theory à la fin de son set, pour interpréter leur duo électrique "Yeah Right". Avec ces apparitions inattendues, Kendrick a envoyé un message fort à Coachella : même s’il n’était pas convié cette année, il semble désormais impossible pour lui de rater un rendez-vous live à domicile.

Parmi les autres gros shows de ce premier week-end de Coachella, il y avait aussi les Migos, Post Malone, Cardi B et sa flopée d’invités, mais aussi les représentants de la France que sont Petit Biscuit, Ibeyi et MHD. Cette première partie du festival californien annonce une seconde cuvée encore plus incroyable. Ce n’est pas gagné, mais on attend de pied ferme celui ou celle qui arrivera à faire mieux que Beyoncé.