En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

197 films sortis en 2014 compilés en une puissante vidéo de sept minutes

Dans une vidéo, le YouTuber The Sleepy Skunk a réussi à compiler 197 films sortis cette année en sept minutes. Une certaine idée du septième art en 2014.

Chaque fin d'année a droit à son lot de résumés du septième art. Une habitude bien ancrée sur Internet à laquelle 2014 ne déroge pas, avec la première fournée qui nous vient du Canada, et plus précisément du YouTuber The Sleepy Skunk. Il y a quelque chose de joussif lorsqu'on regarde ce type de mashup cinématographique qui essaie à tout prix d'être exhaustif et de marquer, via un enlacement fouillé de plans, la diversité du cinéma.

On peut par exemple trouver ici autant une séquence du blockbuster Transformers 4, du déluré Dumb and Dumber De et de l'oscarisable Imitation Game en passant par le Prix du Jury à Cannes Mommy. Contacté par Konbini, The Sleepy Skunk souligne qu'il a eu besoin de "200 heures de travail au total" pour 197 films. Son record perso, lui qui s'était déjà occupé de 2012 et de 2013.

Deux grands thèmes : science-fiction et religion

Pour le YouTuber, les films événements de 2014 sont loin d'avoir été des coups de coeur, "ce qui a laissé la place à des petits films de se faire remarquer", citant Boyhood, Night Call, Whiplash ou Snowpiercer, Le Transperceneige, précise t-il. Du coup, on lui a posé la question des tendances, lui qui s'est goinfré de films pour réaliser ce montage complexe.

Selon lui, les longs métrages ayant pour thèmes la science et la religion ont une répercussion non négligeable au box office, "ce qui n'est pas une réalité normalement". Il suffit de jeter un coup d'oeil en arrière pour s'en apercevoir.

À ma gauche, la religion : on peut citer Noé de Darren Aronofsky, Exodus de Ridley Scott ou Son of God et Heaven For Real. Côté science-fiction, il faut notamment aller chercher du côté de la dystopie pour adolescents (Hunger Games 3, Le Labyrinthe, Divergent), ou de la pure science-fiction comme Edge Of TomorrowYoung Ones, RoboCop, Lucy, Interstellar ou Transcendance

Aussi, The Sleepy Skunk perçoit dans l'évolution de l'industrie cinématographie une bataille perdue d'avance par les studios : le recyclage des idées.

Les studios qui retournent constamment au matériel qui ont fait de l'argent il y a dix ans obtiennent de moins en moins de succès. Ceux qui innovent avec des nouveaux personnages et des nouvelles histoires semblent de plus en plus populaires.

Par exemple, The Amazing Spider-Man 2 contre Les Gardiens de la Galaxie ou Les Pingouins de Madagascar contre Les nouveaux héros.

Enfin, il est à préciser que certains films ne sont pas encore sortis en France. Il y a toujours un faille spatio-temporelle (et parfois culturelle) entre les États-Unis et l'Hexagone.

Journaliste culture depuis 1956. Musique, cinéma et un peu de photographie.