En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Portrait : Loud, la nouvelle voix du rap québécois prête à résonner en France

Une année record, tel est le titre du dernier album de Loud. Un nom évocateur pour un artiste dont la notoriété dépasse déjà les frontières de son Québec natal.

(© Loud, via Facebook)

"Loud" vient de Loud Mouth, le nom qu’il a choisi du haut de ses 14 ans pour entrer dans l’arène des WordUP ! Battles, la ligue de battles de rap locale (l’équivalent des Rap Contenders chez nous). Les années ont passé et le jeune rappeur a écrasé la concurrence jusqu’à s’imposer avec son groupe Loud Lary Ajust parmi les MC les plus populaires de Montréal. Une formation connue pour faire du sale, via de multiples références à la drogue, à la débauche et au plaisir sous toutes ses formes.

Après cinq projets, de Gullywood sorti en 2012 à Ondulé en 2016, le groupe composé de Loud, Lary et Ajust tire sa révérence et part vers de nouveaux horizons. Loud signe alors chez Joy Ride Records, un parfait tremplin qui va lui ouvrir les portes de son avenir musical.

Un nouveau départ en solo

Il avait déjà fait grand bruit avec son hit "56K", extrait de son premier EP New Phone, qui approche à ce jour les 2 millions de vues sur YouTube. Poursuivant sur sa lancée, il enchaîne sur un album au titre prophétique : Une année record, paru l’an dernier.

Bien loin de l’univers qu’il a créé avec son groupe, Loud va de l’avant et se veut plus mature dans son expression artistique :

"La hargne de l’adolescence s’essouffle en vieillissant, c’est normal. J’avais aussi envie de proposer, avec cet album, un truc plus intime, plus personnel, plus honnête. Avec un projet solo, on peut vraiment raconter son histoire à soi."

Une chose est sûre : avec cet opus de dix titres parfaitement équilibré entre ombre, lumière, ego trip, rap conscient et storytelling (qu’il a d’ailleurs récemment continué d’illustrer avec le clip de "Devenir Immortel (et puis mourir)"), Loud a définitivement réussi à s’exporter au-delà des frontières de son Québec natal.

Il est même déjà en train de se faire un nom en France. La preuve : ses deux derniers concerts dans l’Hexagone, les 29 et 30 janvier derniers à La Boule noire, à Paris, affichaient complet. L’artiste n’a d’ailleurs pas tari d’éloges à l’égard de son public français : "J’ai vraiment reçu un excellent accueil et, à notre surprise, beaucoup de gens connaissaient les paroles, même des morceaux qui n’étaient pas des singles."

Un rappeur francophone made in USA

Pourtant, tout n’était pas gagné pour le rappeur. Il suffit de l’écouter parler pour s’en rendre compte : Loud, comme beaucoup de ses homologues de Montréal, rappe en franglais et a un accent bien de chez lui. Une barrière pour certains auditeurs de rap français, mais une force pour lui.

"Mon accent, comme tous les accents d’ailleurs, a peut-être été un obstacle au début, mais pour moi, c’est surtout une force. C’est quelque chose qui peut me démarquer dans le rap francophone.

Le franglais, c’est aussi une singularité, ça permet de proposer quelque chose de nouveau que ce soit dans l’écriture ou dans la technique. En franglais, tu peux faire rimer des mots de manière inédite."

L’artiste a beau rapper majoritairement dans la langue de Molière, sa culture rap s’est forgée autour des grands classiques du rap US que sont les tubes de Biggie, Mob Deep, Jay Z et Nas :

"Le premier album rap que j’ai acheté, c’est Hell on Earth de Mobb Deep, ce groupe m’a marqué. Et la mort de Prodigy est la première mort de personnalité qui m’a touchée personnellement. En rap français, j’écoutais surtout IAM, la FF à l’époque, beaucoup de rap de Marseille, mais le cœur de mes influences reste à New York."

Néanmoins, Loud ne se considère pas non plus comme un puriste et n’aime pas les clivages générationnels dans le rap :

"Je suis sorti du snobisme du 'real hip-hop'. J’aime tout autant des mecs comme Kanye, Drake, Travi$ Scott, des trucs considérés comme 'pop'. Une bonne chanson pop, c’est aussi difficile à faire qu’un morceau hip-hop dit 'classique'."

Loud, c’est finalement la fusion ultime de tout ce melting-pot musical. En somme, "du rap francophone avec le lexique, les codes, la culture et la méthode des Américains".

Loud, ambassadeur du rap québécois

Si, quand on parle de rap francophone, on évoque souvent nos voisins belges, la scène rap de nos cousins québécois a elle aussi le vent en poupe. L’artiste se veut confiant quant à son avenir international :

"J’espère que la dynamique de l’ouverture lancée par la Belgique va porter l’exportation du rap francophone dans toute sa diversité : le Québec, mais aussi la Suisse. En tout cas, le rap québécois ne se limite pas au Roi Heenok, il est vraiment super chaud. Je pense notamment à Alaclair Ensemble (il faut les suivre), mais aussi à Lary Kidd."

Avec Loud pour ambassadeur, le Québec s’impose définitivement comme une terre de rap.