Les 5 rôles les plus marquants du grand Patrick Stewart

De X-Men à Star Trek en passant par Bambi… Du haut de ses 78 ans, Patrick Stewart nous a prouvé plus de cinq fois qu’il était l’un des meilleurs comédiens de sa génération.

Le 13 juillet, Patrick Stewart a soufflé sa 78e bougie. Nommé deux fois aux Golden Globes pour ses rôles dans Blunt Talk et Moby Dick sans jamais rien remporter, l’acteur a pourtant endossé des rôles iconiques de la pop culture. Issu d’une famille modeste et monté très jeune sur les planches de théâtre, il a arrêté sa carrière de journaliste pour devenir comédien.

Fort d’une carrière de 43 ans, l’acteur, qui doit uniquement son succès à son talent, est désormais devenu une figure incontournable du cinéma. Retour sur cinq de ses rôles marquants.

#1. Le capitaine Jean-Luc Picard

(© Star Trek : La Nouvelle Génération)

Dans la série Star Trek : La Nouvelle Génération et les quatre films qui ont suivi, Patrick Stewart a campé le capitaine Jean-Luc Picard pendant une quinzaine d’années. Il a même laissé entendre qu’il était chaud bouillant pour reprendre son costume pour le remake sur lequel planche Quentin Tarantino.

Le personnage est né en 2035 en Haute-Saône, en France. C’est un pilote de vaisseaux spatiaux prodigieux qui sillonne l’univers dans un futur utopique pour explorer l’espace et découvrir de nouveaux mondes, en combattant au passage diverses menaces. Son univers est devenu très populaire et a ainsi permis à Star Trek de perdurer et de s’ancrer dans l’histoire de la science-fiction.

#2. Le Professeur Xavier

(Logan ©Fox)

Patrick Stewart, c’est aussi et surtout le professeur Charles Xavier dans X-Men, qu’on a aussi pu apercevoir dans Days of Future Past avec James McAvoy ou la trilogie Wolverine, notamment dans le poignant et brut Logan. Le mutant adepte de la télépathie est le fondateur de l’école pour jeunes mutants que l’on voit évoluer à travers la franchise. Paralysé des deux jambes, le personnage nous a montré plus d’une fois qu’il était extrêmement puissant.

À la base, le personnage a été créé par Stan Lee et Jack Kirby, qui se sont inspirés de Martin Luther King, alors leader charismatique du mouvement des droits civiques. La classe.

#3. Dune

(© Universal)

Rien que pour la complexité du projet, nous étions obligés de placer Dune dans cette sélection, bête noire du cinéma parce que le roman est réputé inadaptable. De nombreux cinéastes ont tenté de porter à l’écran ce monument littéraire de science-fiction. Arthur P. Jacobs (le producteur des premiers films de La Planète des singes), Alejandro Jodorowsky ou encore Ridley Scott ont échoué.

Seul David Lynch a réussi en 1984 à raconter, à sa manière, ce qu’il se passait sur Dune, la planète des sables assiégée par l’empereur Shaddam IV. Et malgré sa nomination aux Oscars pour sa bande-son en partie composée par Pink Floyd, le film fut un flop monumental.

En ce sens, pour Patrick Stewart, qui campe Gurney Halleck dans le film, c’est une petite victoire à inscrire sur le CV de la vie.

#4. Le Grand Prince dans Bambi

(© Buena Vista Production)

Il est aussi bon de noter que l’acteur britannique est sorti de sa zone de confort pour se diriger tout droit vers la mignonnerie. Bambi 2, sorti en 2006, n’est pas un sequel mais un midquel, sorte de parenthèse qui se situe au milieu du film original, soit lorsque le jeune faon perd sa maman mais se rapproche de son père, le Grand Prince de la Forêt.

Ce dernier est peu persuadé du courage de son fils Bambi. Un peu comme Tarzan et Kerchak, quoi. Patrick Stewart a donc la lourde responsabilité de doubler le père de Bambi, 64 ans après le classique qui nous a tous traumatisés.

#5. Le narrateur de L’Étrange Noël de monsieur Jack

(© Disney)

Mis à part ses nombreux doublages – le dernier en date étant Papa Caca dans Le Monde secret des émojis (désolée, j’étais obligée de le placer) –, Patrick Stewart peut se targuer d’avoir été le narrateur de L’Étrange Noël de M.Jack, film culte de Henry Selick sorti en 1993.

Tous les ans, au moment des fêtes de fin d'année, on ne se lassera jamais de sa voix introduisant le plus étrange et noir des contes musicaux de Noël.

Journaliste cinéma. Experte en Timothée Chalamet, Quentin Tarantino et Martin Scorsese.