La stratégie de Jay Z pour lutter contre les revendeurs de places

shares

Ou pour remplir ses dates, au choix.

Cela fait désormais plus de quatre mois que 4:44, le nouvel album de Jay Z est sorti. On se rappelle encore de la stratégie marketing cryptique de Hova qui avait envahi Times Square d’affiches et visuels anonymes. Aujourd’hui, le New-Yorkais a trouvé un autre moyen d’innover et de se distinguer du game : le prix des places de concert.

Pour la tournée 4:44, Jay Z a choisi d’anéantir la concurrence grâce à un éventail de prix très large. L’idée : court-circuiter les revendeurs en ajustant les tarifs des meilleures places (et des packages VIP) aux leurs. Comme le public qui achète cette catégorie de place est assez aisé, augmenter les prix empêche les revendeurs de s’en procurer en masse pour les revendre au triple.

Concernant les places plus éloignées, les prix bas défiant toute concurrence (vendues entre 6 à 15 dollars) paralysent aussi les revendeurs. Même s’ils rachètent les places, ils ne sont plus capables de proposer un "bien rare" ou recherché puisque tout le monde peut se permettre d’acheter ou racheter ces places dans des salles, même si celles-ci se remplissent vite.

On peut penser que ces tarifs abordables (pour certaines places) seraient un moyen de remplir une tournée qui peine à faire salle comble. Or, selon Live Nation qui organise la tournée, cette dernière s’annonce déjà comme un gros succès financier, les profits étant maximisés grâce à ces nouvelles stratégies. On avait presque oublié après les déboires de Tidal que Jay Z était aussi un businessman hors pair.