En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le chanteur R. Kelly accusé de retenir et d’abuser de femmes "dans une secte"

Ce n’est pas la première fois que le chanteur est accusé de violences sexuelles à l’égard de femmes et de jeunes filles.

©facebook R.Kelly

(© Facebook R. Kelly)

Plusieurs familles accusent le chanteur de R’n’B, R. Kelly, de retenir des jeunes femmes dans une secte, explique le site d’information BuzzFeed News qui a mené l’enquête sur le sujet via l’intermédiaire du journaliste Jim DeRogatis qui suit l’affaire depuis quelques années. Trois anciennes collaboratrices du chanteur : Cheryl Mack, Kitti Jones, et Asante McGee ont elles aussi confirmé les accusations.

L’article du média américain explique ainsi que les jeunes femmes, tombées sous l’influence de R. Kelly, l’ont rencontré via l’intermédiaire de leurs parents qui souhaitaient booster les carrières musicales de leurs enfants. Or, ce n’est pas vraiment ce qui s’est passé. R. Kelly, décrit par un ancien collaborateur comme un "maître du contrôle de l’esprit" est accusé de leur avoir lavé le cerveau. Aujourd’hui, "six femmes vivraient dans des propriétés louées par Kelly dans les banlieues de Chicago et Atlanta. Il contrôlerait tous les aspects de leurs vies : ce qu’elles mangent, comment elles s’habillent, quand elles se douchent, dorment et comment elles s’engagent dans ébats sexuels qu’il enregistre". Le chanteur serait ainsi accusé des charges suivantes :

* Garder plusieurs jeunes femmes dans ses maisons à Atlanta et Chicago.
* Remplacer leurs téléphones avec ceux spécifiquement utilisés pour communiquer avec lui, leur interdisant de contacter leurs familles.
* Exiger d’elles qu’elles l’appellent “daddy” et demandent la permission de quitter le studio ou leurs résidences.
* Filmer leurs ébats sexuels.
* Abuser d’elles physiquement et verbalement.

Cependant et bien que les accusations soient très précises, les jeunes femmes affirment à leurs parents inquiets et convaincus de l’action malfaisante du chanteur, qu’elles ne sont pas retenues contre leurs gré. La situation paraît donc bloquée puisque même la police semble impuissante. Durant les nombreuses vérifications faites ces dernières années aux domiciles de ces femmes en Illinois et en Géorgie, aucune n’a mené à la poursuite des charges, les jeunes femmes expliquant à la police qu’elles étaient "bien et qu’elles ne voulaient pas être dérangées".

Un passif très lourd

Rappelons que le chanteur a un passif. Ainsi, en 2008, R. Kelly a été acquitté après des accusations de pornographie infantile. Pourtant l’affaire aurait reposé sur une preuve solide : une vidéo qui, selon le procureur, montre Kelly ayant des relations sexuelles avec une jeune fille de quatorze ans. Selon BuzzFeed, de nombreuses actions en justice ont été lancées contre Kelly ces dernières années. Actions ou procès qui semblent avoir été réglés en dehors des tribunaux grâce à des rémunérations de la part du chanteur qui rappelons-le, avait épousé en 1994 la chanteuse Aaliyah alors qu’elle n’avait que 15 ans et lui 27. Le mariage a été annulé.

Des procès qui ne l’ont jamais empêché de continuer sa carrière, puisque ce dernier a mené des tournées et sorti des albums durant tout le temps de sa dernière procédure judiciaire et qui ne semble toujours pas l’accabler, à en croire le témoignage de son avocate Linda Mensch :

"On peut seulement se demander pourquoi les gens persistent à diffamer un grand artiste qui aime ses fans, travaille tout le temps, et a pris soin de tous les gens faisant partie de sa vie. Il a travaillé dur pour devenir la meilleure personne et le meilleur artiste qu’il pouvait être. C’est intéressant que des histoires et des contes réapparaissent quand son but est d’arrêter la violence, baisser les armes et suivre la philosophie peace and love. Je suppose que c’est le prix de la gloire. Comme nous tous, M. Kelly mérite une vie privée. Merci de la respecter."