En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Jennifer Lawrence en a marre d'être moins bien payée que les hommes (et elle le dit)

L'actrice d'Hunger Games vient de publier une tribune dans laquelle elle dénonce fermement les inégalités de salaire entre hommes et femmes à Hollywood.

L'actrice Jennifer Lawrence transformée en © Hunger Games

L'actrice Jennifer Lawrence © Hunger Games : L'embrasement

En 2013, la New York Film Academy s'intéressait à la place des femmes dans le cinéma à travers une infographie très complète. Cette dernière, qui faisait (non sans surprise) état des inégalités entre autres salariales entre hommes et femmes, avait été dévoilée à la suite du succès sans précédent au box-office américain d’Hunger Games : L’embrasement (2013), dont l'héroïne Katniss était incarnée par Jennifer Lawrence.

Coïncidence ou non, l'actrice américaine de 25 ans, qui a depuis roulé sa bosse en jouant dans des films tels que X-Men : le commencement (2011), Happiness Therapy (2012) ou encore American Bluff (2013), reprend aujourd'hui le flambeau de la New York Film Acadamy.

"Pourquoi est-ce que je gagne moins d’argent que les hommes ?"

Dans une tribune intitulée "Pourquoi est-ce que je gagne moins d'argent que les hommes ?" et publiée sur Lenny (la nouvelle newsletter créée par Lena Dunham), elle pointe du doigt l'écart salarial affolant qui perdure entre sexes au sein de l'industrie hollywoodienne – qui pourtant génère des milliards.

Dans cette lettre ouverte, traduite en partie par Slate, elle explique avoir découvert à quel point elle gagnait moins d'argent que ses homologues masculins lorsqu'en novembre 2014, le géant Sony a été victime d'un piratage massif, faisant fuiter des tonnes de données (notamment au sujet du film American Bluff) :

Je n'étais pas en colère contre Sony. J'étais en colère contre moi-même. J'avais échoué en tant que négociatrice parce que j'avais abandonné trop tôt. Je ne voulais pas continuer à me battre pour des millions de dollars dont je n'avais pas besoin, les ayant déjà gagnés grâce à deux franchises [Hunger Games et X-Men, ndlr].

"Fuck that"

Poursuivant sa lancée, Jennifer Lawrence affirme son ras-le-bol en disant être exaspérée de devoir faire attention à la façon dont elle formule les choses durant les négociations, de peur de passer pour une "sale gosse" :

C'en est fini d'essayer de trouver la façon “adorable” de donner mon avis et d'être toujours sympathique ! J'emmerde tout ça. [...] Jeremy Renner, Christian Bale et Bradley Cooper [qui ont joué à ses côté dans le film American Bluff, ndlr] se sont tous battus et ont réussi à négocier des contrats importants.

Je suis sûre qu'on leur a dit de ne jamais rien lâcher et d'être stratégiques, pendant que j'essayais d'éviter de passer pour la sale gosse et que je n'obtenais pas ma part du gâteau.

Une fois encore, cela n'a peut-être RIEN à voir avec mon vagin, mais je me suis rendue compte que je n'avais pas complètement tort quand un autre e-mail de Sony a fuité et révélé qu'un producteur parlait d'une actrice principale qui négociait comme une "gamine pourrie gâtée".

Et de conclure :

Pour une raison ou une autre, j'ai du mal à imaginer quelqu'un dire ça à propos d'un homme.

Journaliste indépendante basée à Paris. Musique, mode et tatouage, principalement.