En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Vidéo : James Franco répond aux accusations d’agressions et harcèlement sexuels

L’acteur a démenti les actes qui lui sont reprochés dans l’émission de Stephen Colbert, diffusée ce mardi 9 janvier.

Après le sacre, la douche froide. Auréolé du prix du meilleur acteur dans une comédie à la 75e cérémonie des Golden Globes ce dimanche 7 janvier, pour son rôle dans son film The Disaster Artist, James Franco a vu sa victoire rapidement ternie par des accusations d’agressions et de harcèlement sexuels, dont certaines concernant des jeunes filles mineures, ayant émergé dès le lendemain sur Twitter.

Les conséquences ne se sont pas fait attendre. Selon une information relayée par The Hollywood Reporter, le New York Times, qui préparait un débat en compagnie de l’acteur et de son frère [Dave Franco, qui joue également dans le film, ndlr] ce mercredi 10 janvier à New York, vient d’annoncer dans un communiqué avoir annulé l’évènement "au vu de la controverse entourant de récentes accusations".

En pleine promotion de The Disaster Artist, sa dernière réalisation, le principal intéressé a profité mardi de son passage dans l’émission The Late Show with Stephen Colbert pour répondre à ces accusations, fortement encouragé par l’animateur (qui avait déjà confronté Ben Affleck quelques mois plus tôt, lui aussi accusé d’agression sexuelle).

"Si j’ai fait quelque chose de mal, je le réparerai"

Dans un premier temps, James Franco est revenu sur les tweets de l’actrice Ally Sheedy (The Breakfast Club), à l’origine des premières accusations.

"Je ne sais pas ce que j’ai fait à Ally Sheedy [qu’il a dirigée dans la pièce The Long Shrift en 2014, ndlr]. Je n’ai que des bons souvenirs avec elle et j’ai un grand respect pour elle. Je ne sais pas pourquoi elle était contrariée. Elle a retiré ses tweets… Je ne peux pas parler à sa place."

Il s’est ensuite défendu en affirmant que les accusations portées à son encontre étaient erronées, mais qu’il soutenait la prise de parole.

"Concernant les autres… Dans ma vie, je tiens à assumer la responsabilité de chacun de mes actes. Je suis obligé de le faire, pour continuer d’aller bien. Je le fais chaque fois que je sais que quelque chose de mal doit être rectifié. Je mets un point d’honneur à ce que ce soit fait.

Les choses qui étaient sur Twitter – et dont on m’a parlé – sont fausses, mais je soutiens entièrement le fait que ces personnes se manifestent et aient la possibilité de se faire entendre parce que pendant longtemps, elles ne pouvaient pas s’exprimer. Donc je n’ai en aucune façon envie de les faire taire, je pense que c’est une bonne chose et je soutiens cela.

Je ne peux pas vivre si je sais qu’une compensation est attendue. Si j’ai fait quelque chose de mal, je le réparerai. Je le dois. Je ne sais pas quoi faire d’autre. Pour ce qui est de la question du comment, je n’ai vraiment pas les réponses. Je pense que tout le principe de ce mouvement est que nous écoutions. Je suis là pour écouter, apprendre et changer ma perspective lorsque celle-ci est mauvaise. Je suis totalement prêt et disposé à le faire."

Reste à savoir si – comme pour Kevin Spacey – cette affaire aura des répercussions sur la carrière de James Franco. Celle de son frère Dave, pourtant prometteuse, pourrait également être emportée dans son sillage.