En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Rohff : "Tout ce que j'ai apporté au rap français, il ne me l'a jamais rendu"

Dans un texte publié sur Instagram, Rohff regrette que le rap français ne le soutienne pas face aux accusations et aux clashs qu'il subit.

(© Rohff, via Facebook)

Alors que tout semble se casser la gueule pour Rohff, c'est encore une fois sur les réseaux sociaux que le rappeur a choisi de s'exprimer. On rappelle les faits : le 27 octobre, l'artiste a été condamné à cinq ans de prison pour avoir (entre autres) agressé deux vendeurs d'une boutique Ünkut, la marque de vêtements de son rival Booba.

C'était le 21 avril 2014. Le rappeur – entouré de plusieurs hommes d'une trentaine d'années – s'était rendu dans la boutique parisienne du Duc. Dans un déchaînement de violence – que la justice a estimé "prémédité" – les hommes ont roué de coups un vendeur de 19 ans, le laissant dans un état critique. Les agresseurs ont aussi frappé un autre employé avec une caisse enregistreuse et détérioré la boutique, le tout devant des caméras de surveillance qui ont filmé la scène.

Depuis l'annonce de la condamnation (dont il a fait appel), le rappeur n'a rien déclaré à la presse. Cependant, il vient de s'exprimer sur son compte Instagram, son réseau social favori pour ses joutes avec Booba. Et tout le monde en prend pour son grade. En première ligne, c'est le rap français qui est visé. Rohff lui reproche de l'avoir boycotté, afin de protéger ses intérêts et préserver son image. Il critique notamment le manque de prise de position des autres rappeurs lors de ses clashs et de soutien lors des sorties de ses derniers projets :

"Tout ce que j'ai apporté au rap français durant toute ma carrière, il me l'a jamais rendu et j'en ai rien à cirer, j'attends rien de lui... J'ai donné le respect au rap français en l'invitant en feat. Il a boycotté la collaboration pour ses intérêts, laissant planer un sentiment de supériorité que j'ai surpassé par la suite. [...]

J'ai clairement pris les patins du rap français quand on l'a attaqué. On l'a jamais entendu me défendre. Neutre dans les clashs il n'a jamais liké ni reposté mes clips, mon actualité, ni appelé pour savoir comment j'allais pendant mes récents problèmes judiciaires et médiatiques.

Pour quelle raison ? Pour du rap. Le rap français se réjouit de ton malheur... Je lui ai donné de la force sur FB et CPLS. Le rap français n'a pas de face, car il fait passer la musique avant les principes."

Les médias sont eux aussi accusés de boycott :

"Regardez : je sors tuerie sur tuerie, les grosses radios rap ne les jouent pas ou alors à peine. Pourtant, 'Soldat' brillerait dans n'importe quelle playlist à 1 000 %. J'ai apporté beaucoup à ces radios avec mes freestyles d'anthologie, mes classiques et mes tubes. Ils me pénalisent avec ingratitude, mais jouent des repris de justice !

Ma vidéo de la pelle et mes sons inédits ont fait buzzer des sites de rap français, qui font la pub de mes déboires judiciaires aujourd'hui. Bien joué !"

En tout cas, le rappeur ne s'avoue pas vaincu puisqu'il vient d'annoncer la sortie d'un nouveau morceau, nommé "Détrôné", le 15 décembre prochain – soit le jour de la sortie de Trône, le prochain album de Booba. On n'a toujours pas d'informations cependant concernant son huitième album solo, Surnaturel, pourtant annoncé pour 2017.