Le fabricant de guitares iconiques Gibson connaît des difficultés financières

Gibson, le célèbre fabricant de guitares et de matériel audio est au plus mal financièrement. La faillite n’est pas encore là, mais semble inévitable.

(© Gibson)

Qu’elle soit électrique, acoustique ou basse, il y a de forte chance que vous, si vous êtes guitariste, ayez déjà eu entre les mains, une gratte de la marque Gibson, et particulièrement son modèle phare, Les Paul. C’est en tout cas le cas pour une flopée d’artistes rock tels que B.B. King, Eric Clapton, The Edge, Slash, Bob Dylan, Keith Richards, Pete Townshend ou encore Mark Knopfler. Tant d’ambassadeurs qui pourtant n’empêchent pas actuellement la société basée à Nashville de souffrir de difficultés financières. Créée en 1902, la société basée à Nashville dans l’État du Tennessee serait en effet proche de la faillite après 116 ans de bons et loyaux services.

La nouvelle nous vient du journal local Nashville Post qui a relevé le communiqué du patron de l’entreprise Henry Juszkiewicz. Conscient de la situation, il a affirmé qu’il voulait éviter la faillite à tout prix. Pour ce faire, il devra restructurer ses dettes et trouver de nouveaux investisseurs. Un redressement qui ne sera néanmoins pas une mince affaire puisque l’actuel PDG se heurte actuellement à un bras de fer avec ses créanciers au sujet de mauvaises décisions commerciales passées.

Un fâcheux effet boule de neige

En effet, cette situation alarmante ne date pas d’hier. L’année dernière déjà, l’agence de notation Moody’s avait abaissé la note de Gibson car elle avait des doutes quant à la capacité de l’entreprise à respecter ses obligations financières.

Le cas de Gibson avait même empiré lorsque son directeur financier Bill Lawrence quittait son poste après moins d’un an. Il a laissé l’entreprise, dont le chiffre d’affaires annuel s’élève à plus d’un milliard de dollars, avec plusieurs centaines de millions de dollars de dettes. Un gouffre qui devra être comblé avant le 23 juillet pour éviter le pire.

Afin de remédier au problème, la société a fait appel à la banque d’investissement Jefferies, mais les observateurs économiques et financiers restent assez sceptiques quant à une possible amélioration future. Gibson a bien tenté de sortir la tête de l’eau en vendant également son célèbre piano Baldwin, mais là encore, son avenir sur le marché semble compromis. Pas sûr non plus qu’un coup de pouce des sociétés partenaires suffira à leur faire sortir la tête de l’eau. On garde cependant espoir.