En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

get-out

Le génial Get Out vient de battre un record vieux de 20 ans

Au-delà de faire parler, Get Out est un immense succès au box-office américain. 

get-out

C'était il y a près de 20 ans. À la fin du mois de juillet 1999, Le Projet Blair Witch sortait dans les salles américaines. Un budget de 60 000 dollars (environ 56 000 euros) pour un film d'horreur porté par une caméra subjective et une histoire de sorcières. Au final, des recettes incomparablement élevées qui se comptent en centaines de millions de dollars. Du jamais-vu pour un film de genre doté d'une histoire originale et d'une production aussi modeste.

Mais 2017 est passé par là, avec un film de genre, là aussi, Get Out, dont on vous parlait déjà il y a six mois. Le film, commercialisé il y a un peu plus d'un mois aux États-Unis, et bientôt dans les salles françaises (le 3 mai prochain), a déjà accumulé près de 150 millions de dollars (141 millions d'euros) de recettes pour un budget – presque ridicule – de 4,6 millions de dollars (4,3 millions d'euros).

Sa prouesse ? Avoir battu financièrement Le Projet Blair Witch dans la catégorie premier film (ici signé Jordan Peele) avec un scénario original. Un exploit à l'heure où le box-office américain regorge de suites, spin-off, sequels et autres productions à base de super-héros.

Et un troisième exploit vient ici se glisser à travers l'identité du cinéaste : Jordan Peele est devenu le premier réalisateur afro-américain à dépasser les 100 millions de dollars de recettes pour un premier film.

À l'époque, en 1999, et dans un laps de temps similaire, Le Projet Blair Witch avait amassé 140 millions de dollars sur le sol américain. Il est aussi à noter qu'il bénéficie d'une très (très) bonne note sur Rotten Tomatoes.

Pour ce qui est de l'histoire de Get Out, elle suit un jeune photographe afro-américain qui, le temps d'un week-end, rencontre pour la première fois les parents de sa copine. Il se retrouve coincé dans une maison de Blancs, à New York, fascinés par l'hypnose. Le résultat est un thriller intense, porté par une réalisation ambitieuse et originale, dans un cadre parfaitement barré et flippant. Bref, on ne peut que vous conseiller de vous jeter dessus lorsqu'il sortira en France.

Journaliste culture depuis 1956. Musique, cinéma et un peu de photographie.