Un film sur Rédoine Faïd, par le réal de Taken, va voir le jour

Tout juste capturé, le criminel Rédoine Faïd va faire l’objet d’un biopic réalisé par le réalisateur de Taken, Pierre Morel.

© Interpol

Le criminel le plus médiatisé de France, qui s’était évadé de la prison de Réau en hélicoptère en juillet dernier, a été capturé le 3 octobre dans sa ville natale de Creil.

Mais si la cavale est terminée pour Rédoine Faïd, sa figure ne cesse d’obséder le public. Notre fascination pour les bandits charismatiques se voit souvent portée à l’écran : il suffit de regarder Bonnie et Clyde (1967), Les Incorruptibles (1987), voire, plus récemment, le baron de la drogue Pablo Escobar dans Escobar (2018) ou la série Narcos.

Le site américain Deadline annonçait hier qu’un biopic sur le braqueur était en préparation. La vie de Rédoine Faïd sera adaptée sur grand écran par le réalisateur de Taken, Pierre Morel, avec un scénario inspiré d’un reporatge de Vanity Fair intitulé "Comment Hollywood a inspiré l’évasion de prison la plus audacieuse de France". L’autrice Julie Miller nous plonge dans l’univers visuel dont Faïd, décrit comme un "nerd du cinéma" raffole. On apprend notamment qu’il est fan de Heat (1995), le classique de Michael Mann.

L’admiration de Faïd pour ce réalisateur est telle qu’il a même cherché à le rencontrer en personne. En 2009, à l’époque en liberté, le criminel a assisté à une masterclass dispensée par le cinéaste à la Cinémathèque de Paris. Quand la parole est donnée au public, Faïd a demandé : "[avez-vous] conscience qu’il y a des gangsters qui peuvent s’inspirer de [votre] cinéma, puisque moi ça m’est arrivé ?"

Si Rédoine Faïd a l’air de calquer ses attaques sur des films célèbres – il ira jusqu’à porter un masque de hockey comme le braqueur dans Heat –, peut-on pour autant accuser le cinéma et les cinéastes ? Le gangster lui-même semble s’intéresser à la question.

Avec une vie aussi rocambolesque que celle de Faïd, Sentient Entertainment et Condé Nast ont de quoi produire un thriller spectaculaire. Mais ce film perpétuera-t-il ce cercle vicieux ? Comme le pointait Faïd lui-même, la glamourisation de la criminalité risque d’inspirer des bandits en devenir.

Rédoine Faïd, aujourd’hui âgé de 46 ans, a été condamné à dix-huit ans de prison en avril 2018 pour un braquage raté à Villiers-sur-Marne au cours duquel la policière Aurélie Fouquet a été tuée.