Demain, tous crétins ? Un documentaire d’Arte pose la question

shares

Une énième diatribe contre la décérébration provoquée par les jeux vidéo ? Pas du tout. Une croisade contre les heures perdues sur les réseaux sociaux ? Non plus. Demain, tous crétins ? est une grande enquête chimico-médicale.

Le président des États-Unis (Terry Crews) imaginé dans le film Idiocracy. (© Twentieth Century Fox France)

Quand il commence à se populariser au XIXe siècle, le terme "crétinisme" n’est pas encore l’insulte que l’on connaît aujourd’hui. Il désigne, en médecine, des troubles physiques et des retards mentaux pouvant être liés à une insuffisance thyroïdienne.

En ce début de XXIe siècle, la question du crétinisme revient en force. Les scientifiques américains et européens, interviewés dans le documentaire Demain, tous crétins ? par les réalisateurs Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade, expliquent de mieux en mieux comment de nombreuses molécules disséminées dans les objets du quotidien dérèglent nos hormones thyroïdiennes : ce sont les fameux perturbateurs endocriniens.

Ce petit chat noir joue un rôle très important : c’est un lanceur d’alerte ! Pourquoi ? La réponse dans le documentaire. (© Demain, tous crétins ?/Arte)

Ceux-ci représentent un vrai danger pour les femmes enceintes, car ils sont susceptibles d’induire des dérèglements cérébraux chez les fœtus. Parmi les effets constatés : baisse du QI, augmentation de l’hyperactivité, difficultés à se concentrer, troubles du comportement, explosion de l’autisme et, dans une moindre mesure, asthme et migraines.

Pesticides, plastiques, cosmétiques, savons antibactériens, détergents, retardateurs de flamme – présents dans les objets électroniques et certains produits de puériculture –, peinture, colles ou encore sprays domestiques font partie de la longue liste des objets incriminés. En toile de fond, les lobbies industriels minimisent les faits et les pouvoirs publics peinent à légiférer.

Une chercheuse analyse les corrélations entre le développement cérébral et l’utilisation des pesticides aux États-Unis. (© Demain, tous crétins ?/Arte)

Ce documentaire, certes un peu déprimant mais de salubrité publique, est d’ores et déjà visionnable sur le site d’Arte (jusqu’au 10 janvier 2018). Il sera diffusé sur la chaîne ce samedi 11 novembre à 22 h 35. Un site Web édité pour l’occasion accompagne le documentaire, et fournit des conseils de prévention ainsi que des sites pour approfondir le sujet.

Que l’on se rassure : même si Idiocracy est cité dans le documentaire, personne ne nous dit que nous arriverons nécessairement à ce niveau de régression.