En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Tous les films X-Men classés du moins bon au meilleur

Alors que vient de sortir le génial Deadpool 2, on a essayé de classer les divers films X-Men produits par la Fox du moins bon au meilleur.

(© 20th Century Fox)

Les X-Men à la sauce 20th Century Fox sont une franchise comme les autres, avec des ratés et de franches réussites. C’est dans ces dernières que l’on peut placer le récent Logan, qui est l’une des meilleures œuvres que la maison de production nous ait offertes, ainsi que Deadpool 2, qui vient de sortir.

À l’époque de Logan, nous avions décidé d’essayer de classer les productions X-Men de la Fox. Vu qu’il s’agissait du dixième film de la franchise (oui, nous avons incorporé un certain Deadpool au sein de cette liste), et que Hugh Jackman a promis de ranger ses griffes pour de bon, il nous a semblé judicieux de jeter un œil dans le rétroviseur et d’essayer de faire un petit classement. Et, surprise, l’ordre s’est fait tout naturellement, quasiment à l’unanimité au sein de la rédaction. Autant dire qu’on ne pouvait pas ne pas ajouter ce Deadpool 2 dans la liste.

Voici donc le classement des films X-Men, du moins bon au meilleur, selon la rédaction de Konbini.

#11. X-Men Origins : Wolverine (2009)

Pas forcément beaucoup moins bon que Le Combat de l’immortel, ce film-là essaye tant bien que mal de faire avancer le schmilblick, en retraçant – parfois maladroitement – les origines du plus célèbre des mutants. C’est cliché, mal joué, forcé, pas crédible. Franchement pas bon. Et on ne parle même pas du massacre infligé à notre cher Deadpool (déjà joué par Ryan Reynolds, mais sans bouche… "The Merc with a mouth", sans bouche, vraiment ?).

La scène "culte" : pas simple. Disons que la scène d’introduction permet de faire comprendre deux choses : Logan a un frère, et il a plusieurs siècles derrière lui. OK.

#10. Wolverine : Le Combat de l’immortel (2013)

Il n’y a pas grand-chose à dire en réalité. L’idée de base n’était pas mauvaise mais, malheureusement, ça ne suffit pas. Déjà, le casting pèche un peu avec une totale absence de persos secondaires plus ou moins connus, mais, surtout, l’aventure en elle-même est décevante. Et c’est sans parler des effets spéciaux qui parfois peuvent faire mal aux yeux. À noter néanmoins que c’est la première réalisation de James Mangold pour la franchise avant Logan.

La scène "culte" : pas facile, encore une fois, mais si on doit en retenir une, ce serait celle où Logan sauve Yashida de la bombe H balancée à Nagasaki. Il y a au moins un semblant de force émotionnelle qui a su nous impressionner, c’est vrai.

#9. X-Men : L’Affrontement final (2006)

"Le troisième est toujours le pire", dit avec pas mal d’ironie Jean Grey version Sophie Turner dans X-Men : Apocalypse. Si ce pseudo-cassage de quatrième mur s’applique au film en question puisque Apocalypse est le troisième volet de la franchise rebootée, on y voit surtout un clin d’œil à L’Affrontement final, qui quant à lui finalisait bâclait la fin de la trilogie initiée par Bryan Singer (qui a préféré diriger Superman Returns, pas franchement une réussite pour autant). De l’autosabordage, notamment au niveau de Jean Grey/Phénix, perso le plus intéressant des comics et pourtant bien amené par le deuxième volet, très décevant dans ce film.

La scène culte : Phénix qui renvoie Charles Xavier à l’état de poussière, nous glissant malgré tout une petite larme à l’œil.

#8. X-Men : Apocalypse (2016)

La politique du "toujours plus" poussée à son paroxysme, avec un vilain peu charismatique qui n’est pas sans rappeler un certain Ultron. S’il y a, une fois encore, quelques bonnes idées, ce volet est finalement décevant et assez fade comparé aux films précédents. +1 pour l’arrivée de Sophie Turner en Jean Grey, et pour la relation entre Magnéto et Vif-Argent.

La scène culte : Vif-Argent qui sauve toutes les personnes présentes dans l’école de Xavier, même s’il s’agit d’une copie un poil améliorée mais de facto un peu moins impressionnante (l’effet de surprise en moins) d’une scène déjà présente dans Days of Future Past.

#7. X-Men (2000)

La première pierre à l’édifice, un film fondateur pour les 18 dernières années cinématographiques en ce qui concerne les super-héros, toutes branches confondues. Quelques petits coups de vieux, des effets spéciaux qui picotent un peu, un poil cucul, pas parfait donc, mais intouchable malgré tout.

La scène culte : Magnéto se dévoile en kidnappant Malicia : il bloque le jusqu’ici imbloquable Wolverine et étale l’ampleur de ses pouvoirs en étant à deux doigts de tuer une dizaine de flics "homo sapiens". Surtout, cette scène met en lumière la rivalité entre les deux pontes, Charles Xavier et Magnéto. Classique.

#6. X-Men : Days of Future Past (2014)

Probablement le plus audacieux des films de la franchise, dans le sens où il réunit les deux générations de X-Men, dans un film se déroulant dans deux temporalités. Le côté futur est un peu décevant mais la majeure partie du long-métrage se déroule dans le passé, introduisant des nouveaux persos au passage. On peut faire la fine bouche autant qu’on veut, le fait est que ce volet est foncièrement bon.

La scène culte : la scène au ralenti/accéléré de Vif-Argent à la Maison-Blanche. LA scène la plus culte de la nouvelle trilogie, de loin.

#5. X2 : X-Men United (2003)

Les persos ayant été installés dans le premier volet, Bryan Singer peut enfin les exploiter convenablement. On pense notamment au passé de Wolverine bien mieux exploré ici que dans n’importe quel autre film. Et c’est sans parler du scénario et de la réalisation excellente. Le film a un peu vieilli mais il est de très loin le meilleur de la première trilogie, et l’un de nos X-Men préférés pour toujours.

Les scènes cultes : ici, nous en mettons deux. La première est vraiment culte, dans ce sens où elle impressionne par son ingéniosité et prouve la force du personnage de Magnéto qui s’enfuit grâce au fer injecté dans le sang d’un des gardiens de sa prison.

La deuxième est plutôt importante dans son message, puisque le "coming out" en tant que mutant d’Iceberg auprès de ses parents dégage un message clair, accentuant une fois encore le parallèle entre les mutants et les homosexuels – Bryan Singer est bisexuel, et le personnage d’Iceberg a été outé dans un comics il y a peu. Une scène cruciale donc, autant sur le fond que sur la forme.

#4. Deadpool (2016)

Honnêtement, le scénario de Deadpool ne casse vraiment pas trois pattes à un canard. Mais le parti pris du R-Rated, du gore et des blagues graveleuses donc, du quatrième mur et le respect du comics original est un tel souffle d’air dans ces films parfois trop imprégnés d’un manque d’originalité que cela fait un bien fou. Résultat, le film est objectivement cool (parfois trop mais mieux vaut trop que pas assez, hein !) et nous a vraiment fait marrer. Et rien que pour ça, il mérite d’être aussi bien placé.

Tout notre amour à Ryan Reynolds sans qui tout cela ne se serait pas produit.

La scène culte : difficile de choisir. Néanmoins, la scène de combat en voiture, amenant au fameux plan exploité dans le générique (qui est lui aussi absolument parfait), est l’un des moments les plus cultes. On y découvre l’action à la Deadpool, ponctuée de vannes dont la fameuse "je ne l’ai jamais dit avant mais n’avale pas". Un film entier résumé en une scène. Balèze.

#3. Deadpool 2 (2018)

Au début, on avait un peu peur. On savait que l’effet de surprise ne serait plus là. On espérait donc secrètement un film un peu différent. De manière assez étonnante, ce fut le cas. Alors certes, quelques blagues sont un peu lourdes, certaines sont même de trop. Certains trouveront peut-être l’imagerie assez fade. Soit. Mais le film est probablement plus drôle que le premier, ce qui est un exploit. Surtout, le scénario est solide, costaud, offrant un arc plein de surprise pour notre cher Deadpool.

C’est là que réside la grande force de ce volet : en prenant le spectateur par la main, lui offrant ce qu’il veut, à savoir des vannes graveleuses et tout ce qui fait le personnage, puis en le prenant par surprise en l’amenant dans des terrains terriblement sombres et complètement inattendus, pour ne pas dire couillus (à commencer par l’arc principal que personne ne pouvait deviner au vu des trailers, ce qui fait un bien fou !). Petit plus pour les caméos incroyables et cette team de choc des X-Force.

La scène culte : pas encore disponible, la scène avec les jambes dénudées de notre Deadpool est vraiment exceptionnelle. De même que l’arrivée en avion des X-Force. Mais on ne peut pas trop en parler, ni vous le montrer. Du coup, on vous remet le trailer, ça ne peut pas vous faire de mal.

#2. Logan (2017)

On n’y croyait pas du tout. Pas après le massacre des deux films précédents. Mais on a vu les premières images, et on a compris que cette fois-ci, ce serait différent. La Fox a compris la leçon du large succès de Deadpool : on peut faire un film de super-héros R-Rated qui fonctionne malgré tout.

Alternant subtilement entre les nombreuses bastons et quelques petites respirations scénaristiques où l’on rit ou pleure au choix, James Mangold délivre une œuvre sublime et quasi parfaite en tous points. Hugh Jackman ne pouvait rêver de meilleure sortie.

La scène culte : le premier combat de Laura impressionne par bien des aspects. C’est le moment charnière où l’on comprend qui est Laura, ses pouvoirs, sa force incroyable, et qu’un début de lien se crée entre Logan et elle. La scène charnière du film, et absolument jouissive en termes de baston.

#1. X-Men : Le Commencement (2011)

Un reboot ne semble jamais être une bonne idée. Pourtant, après le tristement mauvais troisième volet de la trilogie lancée par Bryan Singer et le désespérant spin-off sur Wolverine, un petit retour aux sources ne pouvait pas faire de mal.

Mais plus que ça, en castant des acteurs parfaits dans ces rôles, en développant des traits de personnalités jusque-là ignorés et surtout, surtout, en faisant interagir l’histoire des X-Men avec notre histoire avec un grand H, le film aborde avec bien plus de subtilités les rivalités entre humains et mutants, la noirceur de Magnéto, et plus encore.

Ce long-métrage permet une meilleure compréhension des personnages, des blessures et des relations que les uns entretiennent avec les autres, et assume fièrement l’héritage des œuvres papier. Un méchant lourd mais un film tellement proche de la perfection qu’il ne pouvait atterrir ailleurs qu’ici.

La scène culte : pareil que pour Deadpool, le choix est dur étant donné que l’on en compte plus d’une. Néanmoins, on opte pour la scène où Magnéto tue des nazis pour chercher le grand méchant. Ce n’est peut-être pas la plus spectaculaire mais l’une des plus prenantes et des plus intéressantes de la nouvelle trilogie, qui en dit long sur l’un des plus grands personnages de tout l’univers Marvel.