Cinq spectacles de stand-up drôles, décapants ou absurdes à voir en février

Le stand-up francophone est plein de richesse. Petite sélection de spectacles qui nous ont fait rire et réfléchir.

Guillermo Guiz et son humour décapant

(© Philippe Mazzoni/Olympia Production)

Avec Guillermo Guiz a un bon fond, l’humoriste nous pose une question basique, et pourtant essentielle : qu’est-ce qu’être une bonne personne ? Pour l’artiste, nous ne sommes pas des monolithes, mais des êtres complexes, naviguant en permanence entre le bien et le mal. Pour illustrer son propos, il n’hésite d’ailleurs pas à faire son introspection, mettant en scène ses propres démons.

On rentre rapidement dans le sujet du spectacle puisque, dès les premières minutes, il aborde la pédophilie ou la masturbation. Un one-man-show sincère, intime, et si drôle que l’on espère presque que les punchlines s’arrêtent pour pouvoir reprendre notre respiration.

Guillermo Guiz est actuellement au Point-Virgule, à Paris, du jeudi au samedi à 20 heures. Vous pouvez aussi le retrouver sur Canal+ dans le programme court Roi de la vanne, le samedi soir à 20 h 25 (en clair), et sur France Inter dans La Bande originale, le jeudi matin à 11 h 20.

Pierre-Emmanuel Barré, complètement sans filtre

(© Eric Canto)

Si vous avez aimé les chroniques de Pierre-Emmanuel Barré sur France Inter, vous serez ravis de vous plonger dans son univers durant plus d’une heure. Alors que l’exercice radiophonique l’obligeait à avoir un propos extrêmement efficace, son spectacle lui permet de faire des digressions qui sont, à l’image de son nom, totalement barrées.

Si l’on peut parfois trouver son humour un peu gras, cette impression est vite éclipsée par son énergie et ses punchlines acides – et très justes – envers les politiques. Un spectacle engagé, cru et sans filtre, fidèle à l’univers de l’humoriste.

Pierre-Emmanuel Barré est en tournée dans toute la France jusqu’en octobre 2018.

Aymeric Lompret, le plus drôle des clowns tristes

Sous un air désinvolte – voire carrément je-m’en-foutiste –, Aymeric Lompret propose un spectacle extrêmement bien ficelé. Il navigue entre plusieurs types d’humour et passe aisément du jeu de mots stupide à la blague vulgaire, en passant par des réflexions métaphysiques ou un propos plus engagé. Il y en a ainsi pour tous les goûts, et chaque moment est maîtrisé avec virtuosité.

Il tape sur tout le monde avec un franc-parler très libérateur, n’oubliant personne, et surtout pas lui-même. Parvenant à briser le quatrième mur, il nous fait oublier un instant où nous nous trouvons et nous donne l’impression d’être au bistro avec un·e ami·e. Capable d’aborder des sujets anodins comme des problèmes sociétaux majeurs, son spectacle fait autant rire qu’il fait réfléchir.

Aymeric Lompret joue au Sentier des Halles, à Paris, le mercredi soir à 20 heures.

Marina Rollman et ses punchlines brillantes

(© Charlotte Abramow)

Après avoir fait ses armes au Jamel Comedy Club, puis au Festival de Montreux, Marina Rollman devient chroniqueuse sur France Inter où elle livre chaque semaine sa "Drôle d’humeur", et enchaîne désormais les salles, à chaque fois plus grandes et plus remplies. Dans Un spectacle drôle, la jeune Suissesse parle d’elle, de son pays natal, de sa dépression, mais aussi de ses histoires d’amour. Elle évoque aussi les Parisiens et leur allergie à la candeur, ou le chauvinisme des Français…

Les petites piques bien senties s’enchaînent avec rapidité et régularité. Elle s’adresse par exemple aux spectateurs en s’étonnant de leur présence et de leur motivation à sortir, alors qu’ils pourraient regarder des humoristes bien plus drôles qu’elle sur Netflix, et en restant en slip en plus ! Elle en vient à la sexualité hétéro et rappelle l’absurdité dont certains hommes font preuve en affirmant que l’orgasme féminin n’existe pas, juste parce qu’ils ne savent pas bien s’y prendre. Pour elle, c’est comme ne pas croire en l’existence des sushis. Le Japon, de toute façon, c’est beaucoup de propagande…

Les considérations hilarantes s’enchaînent, et le temps file avec bonheur. Elle fait partie de la nouvelle garde suisse, aux côtés notamment de Charles Nouveau et de Thomas Wiesel. La Suisse serait-elle la nouvelle Belgique ? La proximité dans ce petit théâtre est agréable, et on prend plaisir à voir s’épanouir sur scène cette humoriste fine, bienveillante et engagée, qui n’a pas fini de nous faire rire.

Marina Rollman joue Un spectacle drôle au Théâtre du Marais, à Paris, le mercredi et le jeudi à 20 heures, jusqu’au 7 juin.

Laugh Steady Crew, fraîcheur et diversité

(© via le compte Facebook du Laugh Steady Crew)

C’est un tout autre type de spectacles que nous vous proposons pour finir : une scène de stand-uppers. Thierno Thioune, metteur en scène, a créé le Laugh Steady Crew, une troupe d’une dizaine d’humoristes qu’il aiguille chaque semaine pour faire sortir leur potentiel. Tous les mercredis soirs, ils se réunissent dans une petite salle au fond d’un restaurant, le Delly’s, près de la gare de Lyon, à Paris.

Les thèmes sur lesquels ils doivent jouer ont été donnés la semaine précédente par les spectateurs et sont plus ou moins faciles : cela peut être la tromperie, le football, la cyprine, la résilience ou encore les escargots géants d’Afrique. Ces jeunes humoristes sautillent d’un sujet à l’autre, parfois sans aucune transition, pour notre plus grand plaisir.

La qualité est forcément différente d’un humoriste à l’autre – chacun ayant déjà sa patte et son style –, et d’une soirée à l’autre. Mais mentions spéciales à Anne et à sa prestation foutraque mais jouissive, à Aude, poétesse du trash, et à Manu, très à l’aise et plein d’autodérision. On passe un bon moment à les regarder se dépatouiller avec ces contraintes imposées, c’est toujours frais et très WTF. Le futur du stand-up et du one-wo·man-show est sans doute là !

Le Laugh Steady Crew joue au Delly’s, à Paris, le mercredi à partir de 20 heures 30.

Article rédigé par Camille Abbey et Lisa Miquet