Avec The Kids Are Alright, Chloe x Halle s’affirment en porte-parole de leur génération

Deux ans après leur premier EP Sugar Symphony, porté par le gracieux "Drop", les sœurs Bailey partagent aujourd’hui The Kids Are Alright. Un premier album ensorcelant, dévoilé sous l’étendard de Parkwood Entertainment, le label de leur mentor Beyoncé, qui confirme le génie précoce des deux Américaines.

La couverture de l’album est à l’image de son contenu : mystique et captivante. (© Parkwood Entertainment)

Chloe et Halle Bailey sont-elles de parfaites petites mutantes ? Je m’étais déjà posée la question en 2016, en découvrant l’aisance avec laquelle ces Américaines de 17 et 19 ans avaient ensorcelé le Stade de France. À cette époque, les deux assuraient la première partie du Formation Tour de Beyoncé, leur mentor, qui les a repérées sur YouTube puis signées sur son label Parkwood Entertainment. Quelques heures plus tôt, le binôme m’avait ouvert les portes de son monde enchanté à travers un entretien aussi captivant qu’attendrissant, entrecoupé de rires angéliques, de sessions a cappella, et de réflexions profondes sur la scène R’n’B, délivrant leurs propos avec un rare professionnalisme. Une claque.

Cette maturité surprenante, déroutante même, constitue le cœur rayonnant de The Kids Are Alright, le premier album de Chloe x Halle. Succédant à l’EP Sugar Symphony et à la mixtape The Two of Us, ce disque de 18 morceaux renoue avec les racines du rythm and blues, grâce à un ensemble d’harmonies mystiques et de productions saisissantes, naviguant entre pop, électro et R’n’B – dont le duo d’autrices/compositrices est parfois à l’origine, comme sur "Drop" et "Fall".

The Kids Are Alright est un tableau poétique, une ode à la douceur, duquel émane une couleur musicale très organique, cosmique, qui n’est pas sans rappeler l’univers ensorcelant créé par les Françaises Ibeyi. Avec lui, les deux jeunes femmes nous font voyager à travers une véritable palette d’émotions, créée grâce à un équilibre parfait entre envolées gracieuses ("Babybird"), rythmes enjoués ("Grown (from Grown-ish)") et énergies percutantes ("Everywhere"), renforcées par la présence des rappeurs GoldLink ("Hi-Lo"), Kari Faux ("Fake") et Joey Bada$$ ("Happy Without Me").

"Faire savoir au monde qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter, que nous allons bien"

Si, sur la forme, The Kids Are Alright confirme le talent précoce des deux sœurs en nous immergeant avec ferveur dans leur monde ensorcelant, il est sur le fond porteur d’un message optimiste pour la nouvelle génération. Avec "The Kids Are Alright", la deuxième piste de cet album, les sœurs Bailey se font en effet les porte-parole rassurantes d’une jeunesse trop souvent perçue comme perdue, paresseuse ou surconnectée. "Everything is new cause we about that innovation / Call it how we see it we a genius generation", y chante Chloe Bailey (dont la voix rappelle plus que jamais celle de son aînée Beyoncé), revendiquant ainsi le caractère créatif, novateur et inspirant des millennials.

Interrogé par Genius il y a quelques semaines, cette dernière décryptait : "Il se passe tellement de choses folles pour notre génération actuellement, que le monde est constamment inquiet pour nous, et pour notre futur. Les adultes se demandent si nous nous en sortirons, car nous allons devoir porter sur nos épaules une tonne de nouvelles responsabilités. Le but de ce morceau, c’est de faire savoir au monde qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter, que nous allons bien. C’est aussi une façon de rappeler aux jeunes de notre âge que nous allons assurer, comme une sorte de mantra."

Et sa cadette Halle de conclure :

"De nos jours, les choses évoluent effectivement à une vitesse folle, et donc, nous avons parfois besoin d’entendre quelque chose de positif, un message optimiste. Le fait de voir tous ces jeunes artistes utiliser la négativité de ce monde pour la transformer en quelque chose de magnifique à travers leur art, cela nous a beaucoup inspirées. Et c’est exactement ce que nous espérons faire avec cet album."

À lire -> Chloe x Halle, les deux sœurs qui marchent dans les pas de Beyoncé

Journaliste indépendante basée à Paris. Musique, mode et tatouage, principalement.