En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Après avoir fait le "Sacrifice de poulets" : Stomy Bugsy, vegan et égérie Peta

"Ce que je ne tue pas me rend plus fort." 

Stomy Bugsy pose pour l'association Pour une éthique dans le traitement des animaux (Peta). Dans une photo publiée sur le compte Twitter de l'ONG, le rappeur, comédien, cofondateur du Ministère A.M.E.R. et membre du Secteur A apparaît torse nu, de profil, avec le message "Ce que je ne tue pas me rend plus fort" inscrit à côté de lui. Dans une interview postée sur la page YouTube de la Peta, celui qui chantait "Sacrifice de poulets" avec le Ministère A.M.E.R. se réjouit de ne plus "se nourrir de la mort". 

En participant à cette campagne de la Peta pro-vegan, Stomy Bugsy nous apprend qu'il l'est lui-même devenu il y a deux ans. Et pour se convaincre du choix qu'il était en passe de faire, le rappeur s'est tout simplement forcé à regarder la réalité en face :

"Je me suis forcé à regarder une semaine de vidéos d’abattoir, sur les vaches, les chèvres, les cochons, dindes, poulets… Maintenant, quand on me montre de la viande, je repense à toutes ces images", explique-t-il face caméra.

Un choix qu'il ne regrette visiblement pas tant il est "heureux" et "fier" de lui, de savoir qu'il "ne participe plus à cette tuerie", avant de se dire satisfait d'ouvrir son "frigo et [de voir] qu'il ressemble plus à un jardin qu'à une morgue".