Affaire Weinstein : la glaçante une du Time

shares

Le producteur Harvey Weinstein, accusé d’agressions sexuelles et de viols, est à la une du magazine américain.

Après les articles du New York Times puis du New Yorker, ce que l’on appelle désormais "l’affaire Weinstein" est en train de prendre une ampleur telle que le Time a décidé de mettre le producteur américain en une de sa prochaine édition. Le visage du "monstre" hollywoodien est ainsi visible, sobrement entouré de trois mots, trois termes qui en disent long sur ce dont il est accusé :

"Producer, predator, pariah", soit "producteur, prédateur, paria".

En France, des femmes comme Léa Seydoux et Emma de Caunes ont décidé de parler. Dans une tribune relayée par The Guardian, l’actrice du dernier James Bond explique :

"Ce n’était pas un rendez-vous d’affaires. Il avait d’autres intentions – je le voyais très clairement. […] Tout au long de la soirée, il a flirté et m’a regardé comme si j’étais un morceau de viande. Il a agi comme s’il me considérait pour un rôle. Mais je savais que c’étaient des foutaises. Je le savais, parce que je pouvais le voir dans ses yeux. Il avait un air lubrique. Il utilisait son pouvoir à des fins personnelles, il pensait pouvoir coucher avec moi."

Et de préciser :

"Je rencontre des hommes comme Harvey Wein­stein tout le temps. Le cinéma est ma vie : j’ai joué dans de nombreux films au cours des dix dernières années. Je connais donc toutes les façons dont l’industrie du film traite les femmes avec mépris."

Autre réaction française, cette fois-ci institutionnelle : le Festival de Cannes. Dans un communiqué diffusé en début d’après-midi, Pierre Lescure et Thierry Frémaux, président et délégué général, affirment ainsi :

"C’est avec consternation que nous avons découvert les accusations de harcèlement et de violence sexuelle récemment portées contre Harvey Weinstein, professionnel du cinéma dont l’activité et la réussite sont connues de tous, qui lui valent de séjourner à Cannes depuis de nombreuses années et d’avoir de nombreux films sélectionnés au Festival international du film, dont il est une figure familière.

Ces faits relèvent d’un comportement impardonnable qui ne peut susciter qu’une condamnation nette et sans appel. Notre pensée va aux victimes, à celles qui ont eu le courage de témoigner et à toutes les autres. Puisse cette affaire contribuer à dénoncer une nouvelle fois des pratiques graves et inacceptables."