Les peintures murales titanesques de Hense

Hense aka Alex Brewer, street artiste américain, n’aime pas trop les murs ternes. Ils préfèrent les maculer de milliers de litres de peintures colorés pour leur donner un aspect plus chatoyant. Des réalisations à chaque fois titanesques et qui ne laissent pas indifférents. 

Hense

C’est dans la rue qu’a appris Alex Brewer, aka Hense. Utiliser le rouleau, la bombe, le pinceau. Pourtant, quand on lui demande quelle est sa plus grande source d’inspiration, il répond Paul Klee. Si c’est dans l’espace public qu’il a commencé à poser, c’est ailleurs qu’il puise ses références. Pure produit de la scène graffiti d’Atlanta, l’oeuvre de ce jeune américain a évolué. Des lettres, il est passé à l’abstraction. Des peintures de petite échelle, il s’est peu à peu consacré à des projets de plus grande ampleur.

Sans idée préconçues, sans schémas mais avec une équipe et plusieurs centaines de bidons de peintures, le street artiste s’attaque à des bâtiments entiers pour changer leur aspect. Avec sa palette de couleur, il transforme les façades en support pour ses peintures abstraites, faites de points, de saturations, de dégradés et de courbes. Et quand on lui parle pigments, il confie sa préférence pour le rose. Pour l’instant.

Quand on précise en “entier” ce n’est pas pour rien. Là où un grande partie des muralistes d’aujourd’hui s’attachnte à colorier uniquement la partie la plus visible des immeubles, lui s’occupe du moindre mètre carré. Pas un centimètre sans une couche de peinture. Le résultat est titanesque et le fruit d’un travail de longue haleine.  Même à plusieurs, le jeune homme confie qu’il faut en général plusieurs semaines pour réaliser ces peintures disproportionnées.

La dernière fois qu’il a frappé c’était à Washington DC.

On vous conseille également : 

Source : WERTN

Culture Urbaine - Musique Actuelle.

> Posts : 1082