En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Occupy All Cars

L'artiste Felipe Carrelli occupe les carcasses de voitures vétustes

"L'art est dans la rue" / "L'art aidant la rue", certains street-artists font de ce jeu de mot leur devise. Et la coquetterie langagière semble particulièrement tenir à coeur à Felipe Carrelli, artiste brésilien, qui s'amuse à faire des carcasses de voitures de véritables installations. 

C'est une de ces spécificités (en plus d'une esthétique singulière). Le street art, comme son nom l'indique, s'épanouit dans un contexte urbain et ainsi interroge la frontière public / privé, la perméabilité de certains espaces en transition ainsi que la possible réhabilitation de certains lieux. Qu'il s'agisse de l'habitacle exigu d'une voiture ou d'une friche industrielle.

Et c'est à cette vertu de ce mode d'expression que l'artiste Felipe Carrelli semble particulièrement tenir. Pour la petite histoire, d'après ce qu'on dit de lui sur la Toile, il y a un an, en se rendant sur son lieu de travail, le nâtif de Sao Paolo a remarqué une carcasse de voiture parmi celles, nombreuses, qui jouxtent les trottoirs de la mégalopole brésilienne. Dans celle-ci deux sans-abris avaient trouvé refuge. L'image, tant que l'essence de l'acte, semble avoir inspirer l'artiste qui a ainsi mis sur pied le projet Oculpe Carinho ou Occupy All Cars (on apprécie le jeu de mot).

Des réhabilitations, de bric et de broc, de fleurs et de dessins, Occupy All Cars est aussi un projet participatif puisque les habitants des quartiers où ces carcasses se donnent à voir sont invités à participer. On apprécie le style (dont certains aspects évoquent le projet Traffic Jam de l'artiste Pascal Marthine Tayou) et aussi le geste.

Felipe Carrelli - Occupy All Cars

On vous conseille également : 

Source : Junk Culture

Culture urbaine et Musique actuelle.