Archive for the ‘CULTURE’ Category:

Concours : N.A.M.E Opening au Showcase le 5 septembre

Du 19 au 20 septembre prochain, aura lieu Le N.A.M.E Festival près de Lille. En attendant, les festivités commencent dès le 5 septembre au Showcase pour l’Opening. On vous offre 3×2 place, ça vous dit ? 

(more…)

Docu : San Francisco transformé en Gotham City pour un enfant de 5 ans

En novembre dernier, les yeux des Américains étaient rivés vers San Francisco et plus particulièrement vers un certain “Batkid”, un enfant de 5 ans. Un documentaire retrace sa folle journée.

Aux États-Unis, le vendredi 15 novembre, les yeux des Américains étaient rivés vers San Francisco et plus particulièrement vers un certain “Batkid”. Derrière ce pseudo de super-héros, Miles, un enfant de cinq ans en voie de rétablissement d’une leucémie. Le temps d’une journée, il a vu son rêve se réaliser : devenir Batkid, grâce à la fondation Make-A-Wish.

Résultat, la ville de San Francisco a pris les traits de la cité façonnée par DC Comics, Gotham City. Cette dernière devait affronter de nombreux incidents : une femme prise en otage ou une banque sous le feu d’un braquage. Batkid devait alors régler lui-même ces troubles à l’ordre public, dans son costume.

(Gif capturé sur la chaîne américaine CNN)

Miles a alors traversé San Francisco, des caméras le suivant, des badauds l’applaudissant, du building Grand Hyatt San Francisco à Union Square. Sauvant l’otage dans un premier temps, il s’est retrouvé dans un second temps en train d’empêcher le Joker de voler une banque. Enfin, le Batkid a réussi à appréhender  le Pingouin, quelques minutes avant de recevoir les clés de la ville, des mains du maire.

Des médias américains captivés

Business Insider, Mashable, ABC, Politico, NBC : une bonne partie des médias américains ont relayé l’initiative. ABC a même utilisé un hélicoptère afin de suivre la course de Batkid, épaulé par Batman, à travers les rues de San Francisco.

En Angleterre, le très respectable The Guardian a lui aussi couvert cette folle histoire. Et même le président américain Barack Obama a envoyé un message d’encouragement à Miles, via le compte officiel Vine de la Maison-Blanche.

Cet évènément a été réalisé par l’association Make-a-Wish qui permet à des garçons malades de réaliser leur voeux. Chaque année, 300 deviennent réalité. Miles demandant à être “Batkid”, Make-a-Wish a lancé un appel sur les réseaux sociaux. 11 à 12 000 personnes étaient ainsi présentes pour le jour J. Certaines ont même participé aux rôles.

En parallèle, la presse locale a joué le jeu : The San Francisco Chronicle a mis en une ce vendredi 15 novembre “Batkid Saves City”, en se transformant en Gotham City Chronicle.

The San Francisco Chronicle s’est transformé en Gotham City Chronicle

Un documentaire autour de l’évènement

Plus de six mois plus tard, un documentaire intitulé Batkid Begins (en référence, vous l’aurez noté, au Batman Begins de Christopher Nolan, retrace les préparations de la folle journée qu’a connue Miles.

Article mis à jour le 30 juillet 2014

Le Breaking Bad d’Amérique du Sud a son vrai trailer

Sony TV a annoncé le lancement prochain d’une adaptation de Breaking Bad sur les chaînes d’Amérique du Sud. Personnage principal : Walter Blanco. Et un nouveau trailer vient de débarquer.

Breaking Bad

Le nom Metastasis fait autant référence à la meth qu’aux métastases du cancer de Walter Blanco. Muy bien.

Lorsqu’une série télévisée observe un grand succès dans sa version originale, il n’est pas rare qu’elle fasse l’objet d’une adaptation au cinéma ou une adaptation pour d’autres contrées du globe. Aussi, la série subit un lifting pour se couler dans le moule des moeurs et de la culture du pays en question.

Homeland est ainsi l’adaptation américaine de Hatufim, une série israélienne créée par Gideon Raff. Le scénariste justifiait les différences scénaristiques entre les deux versions :

On s’est rendu compte de l’énorme différence entre les deux pays.

“Universalité du propos”

Aujourd’hui, c’est au tour de Breaking Bad d’avoir droit à son adaptation pour le public qui n’a pas toujours accès à la culture américaine. Sony TV a annoncé le lancement prochain de Metastasis, la version colombienne des aventures de Walter et Jesse au pays de la meth. Et déjà, la firme est confiante.

“Breaking Bad est une série formidable qui n’a pas été largement diffusée en Amérique latine, en partie parce que le taux de pénétration du câble est encore faible dans la région” explique Angelica Guerra, directeur général de la production pour l’Amérique latine et le marché hispanique aux Etats-Unis. “Il ya une universalité du propos et des personnages qui peuvent très bien fonctionner.”

Sony et le producteur colombien Teleset espèrent que les habitants d’Amérique latine seront pendus aux cliffhangers de l’histoire de Walter Blanco, de son partenaire Jose Miguel Rosas, de son épouse Cielo et de son beau-frère – et agent des stups – Henry Navarro. Non, ça ne s’invente pas.

Encontra los personajes de Metastasis, la adaptacion colombiana de Breaking Bad.

Sony a vendu les droits de diffusion de Breaking Bad dans 170 pays. Pour autant, le sujet principal (la drogue, sa conception, sa consommation et son trafic) et la nature explicitement violente de certaines scènes en ont fait un programme peu accessible car diffusé seulement sur certaines chaînes et à des heures éloignées du prime time. Au Royaume-Uni, par exemple, la série a été abandonnée après la saison 2 avant que Netflix ne la propose sur son réseau.

Telenovela meets Breaking Bad

Metastasis promet d’être une version plus mainstream de Breaking Bad, dans la tradition des fameuses telenovelas, ces séries latino profondément ancrées dans la culture latine. La cible ? L’indémodable ménagère, oui.

Sony TV assure cependant que les équipes de production ont consulté le créateur de la série, Vince Gilligan, pour que Metastasis soit le plus fidèle possible à la série-source. On n’évite pourtant pas les petits accrocs culturels : puisque les camping-cars sont peu populaires auprès des habitants d’Amérique latine, Walter Blanco et Jose Miguel Rosas cuisineront leur meth dans un vieux bus scolaire désaffecté. Ironie de l’histoire, en Amérique latine, bon nombre de bus scolaires sont de vieux bus qui, un temps, étaient exploités aux États-Unis.

En revanche, il semble bien que l’image d’un quinquagénaire en chemise et en slip armé d’un flingue au milieu de nulle part, ça soit okay. Et voici son nouveau trailer alors que le premier épisode de Metastasis a été dévoilé ce dimanche 8 juin :

Les régions françaises selon les Parisiens, Toulousains ou Marseillais

François Hollande a annoncé vouloir ramener le nombre de régions de 22 à 14. Mais les clichés ne vont pas disparaître de sitôt, en témoignent ces cartes de la France à travers les yeux de Parisiens, Bretons ou Toulousains.

Ce lundi 2 juin, François Hollande a tranché. Dans une tribune publiée dans plusieurs quotidiens régionaux, le chef de l’État a annoncé avoir l’intention de ramener le nombre de régions de 22 à 14. Au programme, un redécoupage de la France dans le cadre de la réforme territoriale.

Il permettra de rassembler par exemple la Basse et la Haute-Normandie, Rhône-Alpes et Auvergne ou encore Midi-Pyrénées et Languedoc. Pas de changement pour l’Ile-de-France, la région PACA ou les Pays de la Loire, et l’Aquitaine. Même si le projet sera soumis en débat à l’Assemblée nationale et devrait entraîner une redéfinition des cartes de France, les clichés ne s’effaceront pas de sitôt.

Les dernières cartes qui les rassemblent proviennent du quotidien Le Parisien. Ce dernier avait décidé, en septembre 2013, de se mettre à la place de certains habitans, entre “Toulousains, “Parisiens” ou “Marseillais”. On a donc droit à pléthore de stéréotypes régionaux sous des formules aussi sommaires que “cons”, “relous”, “nord” ou “alcooliques”.

La première ? La France vue par les Parisiens :

france

La France vue par les Parisiens (Crédit Image : Le Parisien)

Même si le quotidien n’hésite pas à souligner qu’il s’agit là d’une carte qui “représente les préjugés de notre pays” et qu’il ne faut pas “oublier [son] second degré”, pas sûr que ce soit le moyen idéal pour les oublier et passer enfin à autre chose.

Vous pouvez aussi retrouver les cartes de la France vue par les Bretons (neuf régions qui sont fonction des “copains” ou des “envahisseurs”), les Marseillais (avec quatre régions bien distinctes) ou les Toulousains, à voir ci-dessous.

La France vue par les Marseillais (Crédit Image : Le Parisien)

La France vue par les Bretons

La France vue par les Bretons (Crédit Image : Le Parisien)

La France vue par les Toulousains (Crédit Image : Le Parisien)

La France vue par les Toulousains (Crédit Image : Le Parisien)

La carte de France vue par les Normands (Crédit Image : Le Parisien)

La carte de France vue par les Normands (Crédit Image : Le Parisien)

L’album hommage aux films de Wes Anderson en écoute

Une relecture des morceaux inscrits dans les bandes-originales de Wes Anderson, c’est ce que propose I Save Latin, un double-album option compilation en écoute !

Pochette d’album de “I Saved Latin”

Sept films et deux courts-métrages : en l’espace de vingt années de réalisation, Wes Anderson aura marqué le monde du septième art. Mais derrière ces heures de pellicule, des milliers d’heures de musique. Dans cette perspective, le label American Laundromat Records a dévoilé son nouveau projet qui devrait plaire aux fans du cinéaste américain : un double album hommage à Wes Anderson intitulé I Saved Latin (en référence au personnage Max Fischer de Rushmore).

On retrouve toute la filmographie du monsieur, de son premier court Bottle Rocket à son dernier long Moonrise Kingdom en passant par le génial Rushmore ou le voyageur À bord du Darjeeling Limited. Dedans, on retrouvera des reprises d’artistes dont les chansons ont été utilisées par Wes Anderson dans son film, des Rolling Stones à Elliott Smith en passant par The Kinks.

On se souvient par exemple de “Needle in The Hay” dans une scène désormais culte de La Famille Tenenbaum : 

En plus d’un double album, le label a eu l’idée d’offrir des “goodies” Wes Anderson dont un bonnet “Team Zissou A”, un badge “Khaki Scouts” ou encore une carte de crédit Max Fischer ainsi que différents t-shirts.

Quoi qu’il en soit, les morceaux sont aujourd’hui disponibles à l’écoute. Ici même, là, ci-dessous, via SoundCloud et Les Inrocks :

La tracklist de I Saved Latin!:

  1. Black Francis: “Seven and Seven Is” (Love) [Bottle Rocket]
  2. Elk City: “Play with Fire” (The Rolling Stones) [À bord du Darjeeling Limited]
  3. Escondido: “Strangers” (The Kinks) [À bord du Darjeeling Limited]
  4. Freelance Whales: “Let Her Dance” (The Bobby Fuller Four) [Fantastic Mr. Fox]
  5. Generationals: “Making Time” (Creation) [Rushmore]
  6. Grand Hallway: “I Am Waiting” (The Rolling Stones) [Rushmore]
  7. Joy Zipper: “Ooh La La” (The Faces) [Rushmore]
  8. Juliana Hatfield: “Needle In The Hay” (Elliot Smith) [La Famille Tenenbaum]
  9. Kristin Hersh: “Fly” (Nick Drake) [La Famille Tenenbaum]
  10. Matt Pond: “These Days” (Nico) [La Famille Tenenbaum]
  11. Mike Watt & the Secondmen: “Street Fighting Man (The Rolling Stones)” [Fantastic Mr. Fox]
  12. PHOX: “The Way I Feel Inside” (The Zombies) [La Vie aquatique avec Steve Zissou]
  13. Santah: “Five Years” (David Bowie) [La Vie aquatique avec Steve Zissou]
  14. Sara Lov: “Alone Again Or” (Love) [Bottle Rocket]
  15. Solvents: “Nothing In This World Can Stop Me Worryin’ Bout That Girl” (The Kinks) [Rushmore]
  16. Someone Still Loves You Boris Yeltsin: “Margaret Yang’s Theme” (Mark Mothersbaugh) [Rushmore]
  17. Tea Cozies: “Here Comes My Baby” (Cat Stevens) [Rushmore]
  18. Tele Novella: “Stephanie Says” (The Velvet Underground) [La Famille Tenenbaum]
  19. Telekinesis: “This Time Tomorrow” (The Kinks) [À bord du Darjeeling Limite]
  20. The Ghost in You: “Oh Yoko!” (John Lennon) [Rushmore]
  21. Tomten: “30 Century Man” (Scott Walker) [La Vie aquatique]
  22. Trespassers William: “Fairest of the Seasons” (Nico) [La Famille Tenenbaum]
  23. William Fitzsimmons: “The Wind” (Cat Stevens) [Rushmore]

En images : un père photographie l’univers de son fils autiste

Timothy Archibald est un photographe de 46 ans basé à San Francisco et père du petit Eli. A l’âge de 5 ans, peu après sa rentrée en maternelle, l’enfant est diagnostiqué autiste. Pour tenter de “maîtriser la situation“, Timothy entame alors un projet photographique autour de son fils lorsqu’ils sont seuls. Le travail aura pour nom Echolilia Series.

Echolilia Series

(Crédit photo : Timothy Archibald)

A travers ce projet, le photographe réussit à établir un dialogue inédit avec Eli. Pendant trois ans, il immortalise son univers dans une série de clichés aussi fascinants qu’émouvants. Sur les photographies, on découvre le petit garçon nu dans une boîte en position foetale (pendant leurs crises d’anxiété, les autistes se sentent rassurés dans des petits espaces), le visage dans un entonnoir ou encore sur une table en train de humer l’essence d’un bouquet de fleurs.

Dans une interview accordée à un site spécialisé sur l’autisme, le photographe explique :

Comme la plupart des enfants, il est difficile de demander à Eli de faire quelque chose qu’il n’a pas envie de faire. Il n’était pas très intéressé par le fait d’être pris seul en photo. Mais s’il pouvait participer à l’élaboration, suggérer une pose ou donner son avis sur la structure, il était beaucoup plus concerné. C’est là que le processus a commencé.

(Crédit photo : Timothy Archibald)

Des réactions enthousiastes et mitigées

Si pour Timothy Archibald, le but de ce projet est un moyen de tisser des liens avec son fils et de médiatiser son handicap, les réactions suscitées par ces photos ont été mitigées :

Certains m’ont accusé d’utiliser mon enfant comme une “bête de foire” ou de vendre mon histoire pour gagner de l’argent. L’art, la famille, les enfants… : ces sujets laissent forcément une porte ouverte à la critique. Mais il y avait un message évident derrière tout ça, pour les parents et les enfants, je suppose que j’en paie le prix.

Malgré quelques réactions négatives, la plupart des retombées du projet sont non seulement très positives, mais aussi gratifiantes pour Timothy. En effet, l’histoire du petit garçon trouve une résonance chez de nombreux parents d’enfants autistes. “De temps en temps, je reçois des lettres et des photos de parents qui ont reconnu [des attitudes de] leurs enfants sur les clichés que j’ai réalisés avec Eli“, confie le photographe.

Son message ? “Ceci est votre enfant. C’est le fruit de la nature, comme tout ce qui nous entoure. Il n’est peut-être pas “parfait”, mais la nature ne l’est pas non plus. Donc acceptons-le, affrontons la réalité, soyons fiers, et définissons-nous par nous-mêmes.

(Crédit photo : Timothy Archibald)

Aujourd’hui, Eli a 12 ans et selon son père “il est comme n’importe quel enfant de son âge.” Son handicap, Timothy Archibald ne sait même plus s’il le voit encore, en partie grâce à un traitement médical qui fait “des miracles”. Le petit garçon et son “autisme” ne font plus qu’un.

Le photographe conclut :

A chaque jour son challenge. Mais je pense que lui et moi avons créé des liens pendant que nous avons fait ces photos, ça nous a vraiment aidé.

(Crédit photo : Timothy Archibald)

(Crédit photo : Timothy Archibald)

(Crédit photo : Timothy Archibald)

(Crédit photo : Timothy Archibald)

Article publié le 19 novembre 2013

La première bande-annonce officielle du film autour de l’affaire DSK

Une bande-annonce d’à peine une minute pour revenir sur un fait divers qui s’est déroulé en 2011 : les premières images de Welcome to New York ont été dévoilées.

Les premières images de Welcome to New York sont aujourd’hui disponibles : trois ans après l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York et son monstrueux relai médiatique, le film qui retrace l’affaire DSK voit sa bande-annonce diffusée sur la Toile. Réalisé par Abel Ferrara, produit par Wild Bunch et starring Gerard Depardieu et Jacqueline Bisset : voilà pour le casting.

Le synopsis officiel ne fait pas mention de Dominique Strauss-Kahn mais raconte les tribulations de “Devereaux qui est un homme puissant. Un homme qui manipule au quotidien des milliards de dollars. Un homme qui contrôle la destinée économique des nations. Un homme gouverné par un irrépressible et vorace appétit sexuel. Un homme qui rêve de sauver le monde et qui ne peut se sauver lui-même. Un homme terrifié. Un homme perdu. Regardez-le tomber….”.

Côté trailer relayé en exclusivité par Télérama, une minute d’images pour finir sur une reconstitution de la rencontre entre DSK et Nafissatou Diallo. En introduction, un avertissement :

Ce film est inspiré d’une affaire judiciaire dont les phases publiques ont été filmées, retransmises et commentées par les médias du monde entier. Mais les personnages du film et les séquences les représentant dans leur vie privée relèvent de la fiction.

Vincent Maral, interrogé par Le Nouvel Observateur, a expliqué les intentions du réalisateur américain :

Abel Ferrara ne s’est pas intéressé à Dominique Strauss-Kahn ou à la politique française… Ce qui l’a intéressé, c’est la disgrâce publique due à une dépendance, ici, celle du sexe, et les conséquences que cela peut avoir sur un couple qui vit dans le déni.

Pas encore sélectionné pour le Festival de Cannes, Welcome to New York sortira le 17 mai prochain sur des plateformes de téléchargement légal. Pour le prix de 7 euros.

Premier trailer de The Drop, le dernier film de James Gandolfini

Les studios de la Fox ont dévoilé la première bande annonce de The Drop. James Gandolfini, l’acteur ô combien regretté, s’illustre ici dans son ultime rôle sur le grand écran. D’ailleurs la fiche technique de ce thriller n’a pas à rougir puisque le casting rassemble (en plus de l’acteur vedette de la série Les Soprano) Tom Hardy, Noomi Rapace, ou encore Matthias Schoenaerts.

D’après un scénario de Denis Lehane, l’écrivain à l’origine de Gone Baby Gone ou encore de Shutter Island, le film est dirigé par le Belge Michael Roskam (Bullhead) et raconte l’histoire d’un propriétaire de bar qui recueille un pitbull égaré. Il va alors rencontrer son ancien maître, peu commode. Le film sortira le 24 septembre prochain.

La Fox dévoile une date pour Prometheus 2

La Fox jouait la carte du teasing il y a quelques jours en annonçant dans son calendrier de sorties un nouveau film réalisé par Ridley Scott sans pour autant dévoiler de titre. Les spéculations allaient alors bon train : s’agirait-il d’un Blade Runner 2 ou encore d’une suite de Prometheus ? Aujourd’hui les studios américains mettent fin au suspens en annonçant que ce projet concerne bel et bien le second volet de Prometheus

Ridley Scott qui avait déjà réalisé le premier opus du film de science-fiction en 2012 sera de nouveaux aux commandes.  Côté casting on pourra à nouveau compter sur la présence de Noomi Rapace ainsi que sur celle de Michael Fassbender, tous deux liés à la Fox par un contrat. Prometheus 2 est attendu pour le 4 mars 2016. Une bien bonne nouvelle en somme.

Timber Timbre sort “Hot Dreams” en écoute intégrale

Arrêtez tout, Timber Timbre est de retour. Le quatrième effort du miracle canadien est disponible en streaming.

Des ruisseaux en montagne, des forêts à perte de vue, le vol d’un aigle. Peu de choses sont aussi belles que la musique de Timber Timbre. Après la sortie de deux somptueux singles, “Hot Dreams” et “Curtains!?“, le groupe canadien est totalement de retour.

Leur dernier album, Hot Dreams, est ainsi en écoute intégrale sur le site de NPR.

Hot Dreams, une sorte de BO de film noir semble avoir été enregistré au nord de Twin Peaks. Il succède à quatre merveilles, dont la dernière, Creep On Creepin’ On sortait il y a déjà trois ans. Un voyage entre les univers de Nick Cave, Leonard Cohen et David Lynch. Un voyage boisé.

Un coup à ne pas vouloir que l’été arrive, histoire d’écouter les hommes de Taylor Kirk en ballade campagnarde au crépscule, chez vous à côté de la cheminée, blotti au fond de votre lit en pensant que votre grand-mère vous manque. Votre grand-mère à qui vous pouvez toujours offrir une onirique et inquiétante soirée à la Flèche d’Or de Paris le 4 Avril prochain.

Le cinquième opus du trio de Brooklin, Ontario, sortira officiellement le 31 Mars.