En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

(Capture d'écran YouTube)

Vidéo : elle quitte son boulot et le fait savoir sur YouTube

Une vidéo dans laquelle une personne quitte son job via YouTube : voilà le début d'un buzz. Derrière, une vive critique des pratiques du journalisme se fait entendre. Et son patron n'a pas tardé à réagir.

youtube

Marina Shifrin est contente : elle quitte son travail (Capture d'écran YouTube)

"Il est 4h30, je suis au travail". Marina Shifrin travaille pour une entreprise taïwanaise, Next Media Animation, qui fournit des vidéos à des médias. Au bout de deux ans de travail, elle a décidé de quitter son boulot à travers une vidéo marrante. On la voit, seule, dans les bureaux, danser sur une composition de Kanye West. Le message ? "I quit. I quit !".

Derrière ce départ, une raison. Sur son blog, cette Américaine s'en prend à l'état du journalisme, à ce qu'il est devenu et à la course aux clics qu'il entretient au quotidien. Dans la vidéo, elle affirme :

Je travaille pour une entreprise qui fait des vidéos sur l'actualité. Depuis près de deux ans, j’ai sacrifié ma vie sociale, mon temps et mon énergie à ce boulot. Et mon patron ne se soucie que de la quantité et du nombre de vues de chaque vidéo affichée.

Sur son site, le ton est plus âpre. Le titre de son post qui date du 29 septembre ? "Le journalisme est mort (selon moi)". Même si elle ne pense pas que le soit journalisme soit véritablement mort, elle explique qu'elle a dû traiter des sujets vides, de la grossesse de Kim Kardashian à un bébé tué d'une balle en plein tête. Et d'ajouter qu'elle aussi avait eu sa part de frustation quand elle s'était rendu compte qu'elle n'avait pas été la première à traiter le sujet du twerk de Miley Cyrus.

Et de préciser, écrivant sur la déception de certains journalistes lorsqu'il n'y avait pas eu mort d'homme lors de l'effondrement d'un immeuble :

Je ne dis pas que les journalistes sont des monstres, mais l'atmosphère qui règne dans notre société - il faut être le premier, celui qui parle le plus fort et le plus sensationnel, est en train de contrôler le journalisme [...]. Je ne dis pas que l'ensemble du journalisme soit mauvais. Je dis que le "journalisme" le plus populaire est mauvais.

Un autre exemple, son boss. Un "excellent écrivain" qui s'est mis à écrire la semaine dernière sur la moustache de Justin Bieber (!).

(Capture d'écran de marinashifrin.wordpress.com)

Paradoxalement, tous les médias (du Huffington Post américain qui se concentre sur la différence entre l'ambiance dans une entreprise taïwanaise et américaine au Telegraph qui annonce qu'il s'agit de la "meilleure façon pour quitter un boulot") préfèrent parler de la vidéo qui fait le buzz plutôt que du sous-texte (plutôt) déprimant qui évoque un affaiblissement du journalisme et de sa légitimité.

D'un côté la vidéo fait plus de 300 000 vues en une journée, de l'autre son article dans lequel elle parle de ses conditions de travail n'a obtenu qu'une dizaine de tweets et de "like" Facebook.

Suite et fin : la réponse du patron

Buzz oblige, le parton de Marina Shifrin a répondu à travers une vidéo. Reprenant les mêmes codes que la première, le visuel se conclut par un "We are hiring" ("On embauche").

On vous conseille également :

Journaliste culture depuis 1956. Musique, cinéma et un peu de photographie.