Les dix réseaux sociaux les plus insolites de la Toile

355 Shares

Oubliez Facebook, Twitter et LinkedIn. Il existe des réseaux sociaux insolites qui rassemblent des communautés de personnes insolites. Dix exemples pour vous le prouver. 

réseaux sociaux

(Capture d’écran de My Free Implants)

Aujourd’hui, dans une galaxie Internet lointaine, très lointaine, des réseaux sociaux insolites essaient de se faire une place sur la planète Web. Leur appellation est souvent et sensiblement en accord avec leurs caractéristiques. On trouve ainsi Match a Dream option rêves, Line for Heaven option religion ou Star Trek Dating option site de rencontre geek.

Ils sont les réseaux sociaux les plus étranges de la Toile, loin de la conformité virtuelle des Twitter, Facebook ou Kiss Kiss Bang Bang. Ils sont des lieux d’échanges qui permettent à des petites communautés de se retrouver pour discuter de sujets bien précis, pour partager leurs rêves, la passion pour la moustache et les relations amoureuses qui n’ont pas marché.

Revue en détails avec 10 réseaux sociaux qui sortent de l’ordinaire.

Le réseau social qui rassemble les rêveurs

On fait tous des rêves. Plein de couleurs, de sens, de significations et d’images cocasses. Vous voulez en parler ? Le réseau social Match a Dream est là pour vous. Il permet de venir discuter de vos rêves, ou en tout cas de ce qu’il en reste. L’idée ? Accéder à une base de données afin de mieux saisir ce qu’il s’est passé dans votre cerveau, cette nuit là. Et proposer les vôtres pour apporter votre pierre à la communauté des rêves… ou des cauchemars :

Sur “Match A Dream”, j’ai soumis un rêve (Capture d’écran de matchadream.com)

Des catégories de rêves sont proposées et peuvent inclurent par exemple les oryctéropes du Cap (soit un “cochon de terre [...], un mammifère fourmilier d’Afrique” selon Wikipedia) ou les pancakes. Des mots clés bienvenus. Et si vous cherchez, après avoir consulté le dictionnaire, un type de rêve, essayez avec les mots suivants :

(Capture d’écran de matchadream.com)

Le réseau social du tricot

Vous souhaitez perfectionner votre art et partager votre amour du tricot ? Pas de soucis, on vous présente Ravelry. Trois millions d’utilisateurs au compteur, accros à leur crochet façon Passion-Crochet. A la différence que Ravelry fonctionne sur le même principe que Pinterest : il vous est permis de soumettre des idées et des images de votre travail.

Du tricot pour toucher des arbres (© BeingKnitterly)

Et si vous avez l’esprit d’un entrepreneur, le réseau social met à disposition une gamme de produits en ligne. A acheter. Faut bien faire un peu d’argent. Pour ceux qui sont intéressés, voici une vidéo de présentation :

Welcome to Ravelry! HD from Ravelry on Vimeo.

Le réseau social des fans de Star Trek

Star Trek Into Darkness est sorti ce mercredi 12 juin en France. Parfaitement. Vous êtes allés le voir en avant-première en vous déguisant en Spock ? Vous connaissez les moindres détails de l’Enterprise ? Le réseau social Star Trek Dating comblera toutes vos attentes.

Leofilyn, ce fan de Star Trek (Capture du site Star Trek Dating)

Cette plateforme de rencontre facilite la prise de contact entre les “Trekkies”, les fans de l’univers façonné par Gene Roddenberry. Pour ça, c’est très simple : créez votre profil à la vitesse de la lumière et partez dans les méandres des galaxies de votre futur coup de foudre. Pour ceux qui veulent y aller doucement, un chat (à l’ancienne) est disponible. Vous tomberez peut-être sur J.J Abrams.

Le réseau social du “paradis”

Dès notre arrivée sur le réseau social Line for Heaven, on tombe sur une autre planète web. On nous propose de “télécharger une image afin que notre “âme” apparaisse en ligne”. L’idée derrière ce réseau est de rendre “fun” la religion. Vous fondez un compte, téléchargez une image et votre objectif est d’amasser le plus de points karma.

Comment ? En avouant vos péchés. Là, vous pouvez bénir des personnes et cela vous donne l’occasion de sauver votre âme en gagnant du karma. Prenons par exemple le profil de Raw (voir l’image ci-dessous). Il est la personne qui, actuellement sur Line for Heaven, possède le plus de karma, avec un total de 11042 points.

Pour sa gouverne, il a confessé qu’il “conduisait dans son sommeil”. On ne sait s’il fait dans le somnambulisme ou s’il rêve de remporter des courses sur Need For Speed mais une chose est sûre : son péché a été pardonné. Le paradis est à portée de clique.

Raw a péché mais il a été pardonné. (Capture d’écran lineforheaven.com)

Le réseau social pour personnes âgées

Vous êtes né entre 1946 et 1964 mais sentez qu’aucun réseau social, trop jeune ou trop complexe, n’est fait pour vous ? Eons.com vous permet, vous le Baby Boomer post-Seconde Guerre Mondiale, de trouver le lieu virtuel de vos rêves. Actuellement, le site est en maintenance. Mais dès qu’il sera à nouveau en ligne, vous pourrez calculer votre longévité ou recevoir des conseils pour mieux vivre.

Qui a parlé de “réseau social option maison de retraite” ?

(Capture d’écran de Eons.com)

Le réseau social pour divorcés

En Europe, tout le monde connait Meetic. Des jeunes, des moins jeunes, des trentenaires ou quinqua à la recherche du premier coup de foudre. L’innocence. Quelques années plus tard, après un mariage raté et trois gosses dans le monospace, une question se pose : quel réseau social utiliser pour repartir à zéro ?

Divorce360, soit une plateforme qui rassemble des divorcés afin de leur donner des conseils juridiques, les faire parler sur un forum et les engager, comme une thérapie, vers une procédure décisionnelle par étape :

(Capture d’écran de Divorce360.com)

Le crowdfunding à forte poitrine

A ma gauche, Kiss Kiss Bang Bang ou Kickstarter, des “plateforme de financement participatif dédiées aux projets créatifs et innovants”. A ma droite, My Free Implants, là aussi une plateforme de financemnt participatif à la seule différence qu’elle n’est pas dédiée à des projets créatifs mais à des opérations chirurgicales pour faire augmenter la taille de poitrines de femmes.

(Capture d’écran de My Free Implants)

Un site très ciblé qui permet à la gent féminine de par le monde de demander une aide financière sur la Toile. Des donateurs peuvent ainsi financer le rêve de, à tout hasard, Lacey. Sur le site, il est écrit à son propos :

Même si je travaille beaucoup, ayant financé un prêt lors de l’université, je n’avais jamais pensé qu’il me serait possible de m’acheter des implants pour ma poitrine. Les mecs à MyFreeImplants m’ont aidé à réaliser ce rêve.

Émouvant.

Lacey témoigne (Capture d’écran de My Free Implants)

Le réseau social sur invitation

A Small World. Vous l’aurez compris, ce réseau social se veut exclusif. Une sorte de Facebook à ses premières heures, lorsque Mark Zuckerberg n’était encore qu’un étudiant de Harvard, à la différence qu’il n’y a que des millionaires.

Vidéo de présentation de A Small World

A Small World a été lancé en 2004 par Erik Wachtmeister (un Suédois fils d’ambassadeur) et est devenu, selon l’à propos du réseau social, la “communauté en ligne privée la plus importante au monde”. Il s’agit d’un lieu virtuel de la jet-set accessible par invitation qui permet à ses membres de participer à des “évènements”. Comme des séjours de ski endiablés.

Le crédo de A Small World selon son fondateur ?

Les êtres humains doivent avoir la possibilité de créer des cercles privés. Les gens ont besoin d’intimité et ce n’est pas parce que l’on est sur Internet que tout est ouvert à tout le monde.

Aujourd’hui, il compte 85 000 membres. En mars 2013, il a racheté le réseau social The World’s Finest Club, une société suisse bien particulière : elle donne des accès VIP aux 120 discothèques les plus luxueuses au monde. Depuis, il faut savoir que Erik Wachtmeister a quitté A Small World pour lancer Best of All Worlds, un site encore plus élitiste.

Le réseau social pour les chats

Catmoji, c’est un réseau social de “niche”. Il ressemble à s’y méprendre à Pinterest, mais les contenus partagés par ses utilisateurs ont une particularité : ils ne concernent que les chats. En vidéo, en images, en tout.

Matthew Phiong et Koekoe Loo, originaires de Malaisie, sont les créateurs de Catmoji. Ils ont senti un filon en accord avec la culture Internet qui aime parler et discuter chats à longueur de journée. Alors pourquoi pas un réseau social seulement sur les chats ?

Capture d’écran de Catmoji

Comme ils l’expliquent :

Les Internets aiment les chats, nous aimons aussi les chats et les chats rendent les gens heureux. Notre mission est de faire d’Internet un lieu meilleur, un lieu qui soit plus “happy”.

Pour créer un profil, rien de bien compliqué et vous pouvez vous connecter via Twitter ou Facebook. Ensuite, vous avez la possibilité de partager des images de votre chat (ou pas, certains utilisent des LOLCats). L’idée c’est que chaque profil contient un Catvatar et l’on peut partager des statuts en accord avec des “emoji” (des “emoticones” en japonais).

Le réseau social spécial ferme

En France, selon les chiffres 2010 du Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, il y aurait plus de 604 000 agriculteurs. Une population qui serait en accord avec le site FarmersOnly.com qui ne rassemble “seulement”, comme son titre l’indique, que des “fermiers” des États-Unis et du Canada (le site n’est pas disponible en dehors de ces deux nations).

FarmersOnly.com est à destination de personnes “qui ont les pieds sur Terre”. Un utilisateur du site de souligner :

Je suis très seul mais je suis trop occupé pendant la saison de la récolte.

En cinq ans, le site a rassemblé une communauté de 100 000 agriculteurs. À quand le même réseau social en France avec SeulementPourLesAgriculteurs.com ?

355 Shares

Journaliste culture depuis 1956. Musique, cinéma et un peu de photographie.

> Posts : 1708

Je veux recevoir plus de news !

Inscrivez-vous à la Newsletter Konbini,
et ne ratez plus jamais une info.