En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Être absent de Facebook fait de vous une personne "suspecte"

Selon certains psychiatres et éditorialistes, ne pas avoir de présence sur Facebook indiquerait chez vous une potentielle dangerosité.

Quoi ? En 2013, vous n'avez pas de compte Facebook ? Sachez que quelque part, des gens vous considèrent comme "suspect". Parmi eux, des employeurs, des psychologues et le très sérieux journal allemand Der Tagspiegel. Le quotidien rappelle que James Eagan Holmes et Anders Behring Breivik, respectivement arrêtés pour la fusillade d'Aurora (12 tués, 59 blessés) et celle de l'île d'd'Utøya (77 morts, 151 blessés), n'avaient pas de compte Facebook.

Mais si votre absence sur le réseau social aux 1,1 milliards d'utilisateurs ne fait pas de vous - n'en déplaise au Tagspiegel - un dangereux psychopathe nazi armé jusqu'aux dents, Forbes.com vous conseille tout de même d'en avoir un. Pour la simple et bonne raison que les employeurs sembleraient se méfier des candidats - à certains postes - absents de Facebook. Et Forbes de préciser :

Les données suggèrent que 95 à 98 % des gens de l’âge de [James] Holmes (24 ans) sont sur les médias sociaux 

Selon eux, si vous n'avez pas de compte, c'est peut-être parce qu'il a été retiré du réseau social à cause de votre mauvais comportement sur celui-ci. Emily Yoffee, éditorialiste à Slate.com, avance une explication :

Si vous avez [potentiellement l'âge d'être sur Facebook], que vous rencontrez quelqu'un avec qui vous êtes susceptible de passer la nuit et que cette personne n'a pas de compte, peut-être vous donne-t-elle un faux nom. Ça devrait pouvoir vous alerter.

Facebook signifie "normal"

Mais l'éditorialiste américaine est-elle la seule à sombrer dans la paranoïa technoïde ? Pas tout à fait. Selon le psychiatre Christopher Moeller, avoir un compte Facebook serait synonyme d'un réseau social "IRL" en bonne santé.

Cette déclaration se base sur le passif de James Eagan Holmes, Anders Behring Breivik et d'autres meurtriers célèbres, qui non seulement n'avaient pas de compte Facebook, mais n'avaient pas vraiment d'amis dans la réalité.

On en est là. Selon certains, ne pas avoir de compte Facebook ferait de vous une personne anormale, suspecte et même potentiellement dangereuse. Chapeau bas, monsieur Zuckerberg.

On vous conseille également :

Affreux vilain metalhead incurable, aussi rédac’ chef du webzine Hear Me Lucifer.